Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 00:27

Pochette Album SM 2012 RVB

 

Tout d’abord merci aux SUFFOCATING MINDS de se prêter à cette petite interview pour un modeste blogueur amateur. J'ai déjà présenté ce groupe Liégeois lors d'un article consacré à leur album « IN A DIFFERENT LIFE », c'est maintenant l'occasion de faire plus ample connaissance avec eux.


Pour suivre cet articel en je vous propose un extrait de leur album : ANXIETY

 

 

Tout d'abord commençons par les présentations (enfin surtout la vôtre), qui sont les SUFFOCATING MINDS ?
Vincent Lemineur – Chanteur
Alain De Beck – Batteur
David Ninane – Bassiste
Grégory Lacomble - Synth

 

Vous vous connaissiez avant SUFFOCATING MINDS ou c'est SUFFOCATING MINDS qui vous a réunis ?
Vincent : C’est clairement la musique qui nous a réunis dans un premier temps. Alain a répondu à une annonce lorsque je cherchais un batteur pour un projet électro appelé Moonfish…Ca remonte à presque 10 ans ! On ne s’est plus quitté depuis ! David faisait partie de l’entourage d’Alain et on est vite devenu amis : on est même devenu voisins de pallier durant plusieurs années et cette proximité a d’ailleurs facilité les prises de sons basses pour l’album ! Puis Greg est venu rejoindre la bande : il faisait partie d’un ancien groupe dans lequel Alain jouait de la basse… dans son cas, c’est tellement récent que sa silhouette n’apparait pas sur la pochette du CD…On va essayer d’arranger ça au plus vite ! 

 

Paroles et musiques qui fait quoi dans la bande ?
Vincent : Je joue au gentil dictateur : je débarque avec des démos plutôt élaborées, avec paroles, musique et arrangements et Alain, David et Greg s’approprient les compos en y mettant leur savoir-faire et leur énergie : grâce à eux, chaque morceau peut s’épanouir sur scène ! Le dictateur que je suis laisse tout de même au groupe le choix du prochain morceau à mettre en place ! Suis pas un monstre, quand même !?


sm2012

 

Etant un grand fan de SIMPLE MINDS, le nom SUFFOCATING MINDS m'a automatiquement fait penser à ce groupe (toujours présent su les scènes internationales...). Alors, référence à la bande de JIM ou juste pure coïncidence ?
S-M : Le choix du nom provient d’un titre que nous jouions à nos débuts : on a trouvé qu’il représentait bien l’état d’esprit général des textes et qu’il insistait sur le côté un peu plus tourmenté de notre musique. La référence à Simple Minds est un hasard…heureux et sans doute que seul le public qui a été immergé dans la New Wave y pensera : finalement ça tombe bien, c’est vraiment à cette génération qu’on destine spontanément notre musique, la nôtre…

 

Côté inspiration musicale, le style DEPECHE MODE me semble de façon assez notable se retrouver dans les compos, sons et même manière de chanter. Je me trompe ?
S-M : Difficile de nier cette évidence : Depeche Mode est une référence directe et on nous le dit souvent. On prend d’ailleurs ça comme un très beau compliment !
A partir du moment où tu veux produire de la musique qui tend vers le côté Electro de la New Wave, tu as beaucoup de chance d’entrer en résonance avec les piliers de cette époque : New Order, Talk Talk, Ultravox, OMD, Tears for fears et Depeche Mode. C’est venu naturellement : comment ne pas prendre pour modèle un gars comme Martin Gore, qui, à mon sens, est un des plus intéressants compositeurs pop de ces 30 dernières années. Il est parvenu, à travers ces chansons que l’on connait tous, à imposer des mélodies torturées, mais accessibles : force, mélancolie et introspection. Gore et les autres (Wilder compris) ont révolutionné ma façon de ressentir la musique.

Ce qui est le plus frappant dans les différents morceaux de l'album c'est l'énergie et la pêche qui s'en dégagent à la fois par la rythmique fournie par basse et batterie et par la façon de chanter. Comment sont « construits » les morceaux : compos au clavier ? Mélodies d'abord rythmique ensuite ? Bref livrez nous un peu vos secrets de fabrication, promis je ne le dirai pas aux chinois ...
Vincent : Mon instrument de prédilection reste la basse et j’aime les sonorités grasses que peuvent apporter les synthés… J’ai d’ailleurs tendance à trop mettre de fréquences basses dans mes premiers jets de compos ;-) A ça vient s’ajouter la voix basse : j’imagine que ça révèle cette envie de « creuser dans mon inconscient » ?! Bref, s’il y a un fil conducteur, la méthode change en fonction de l’inspiration du moment. Je ne remercierai jamais assez les inventeurs de l’ordinateur et des programmes qui permettent de se prendre pour un chef d’orchestre sans connaitre le solfège. Au-delà des problèmes informatiques qu’on connait tous et qui peuvent parfois nous rendre dingues, j’éprouve à chaque fois que j’allume mon séquencer, le même enthousiasme que lorsque j’ouvrais mon sac de LEGO quand j’étais enfant! C’est d’ailleurs sans doute cette connexion avec l’enfance que je cherche dans la musique… et ce n’est sans doute pas pour rien que je privilégie les sonorités 80’s !


sm2012 2

 

DIFFERENT LIFE, le morceau qui clôture l'album est un peu à part puisqu'il inclut des instrumentations moins synthétiques avec piano et violoncelle et tempo plus lent. Un peu comme si après avoir déchargé toute l'adrénaline c'était le moment de faire la paix, le moment de la sérénité retrouvée. Comment est né ce morceau et qu'en est-il vraiment ?
S-M : Le choix de le placer à la fin de l’album a été réfléchi dans ce sens et il a effectivement une place à part pour tout ce que tu décris. C’est un peu le « morceau caché » sans l’être, mais c’est en même temps le titre de l’album.
A la base, il a été composé comme tous les autres et avec des arrangements électros. Puis on a eu l’occasion de tenter une expérience plus acoustique pour une radio locale et on a adapté quelques morceaux dans ce sens (voix, piano & basse), ce qui était plutôt un défi pour nous, qui sommes encrés dans l’électro. La simplicité de « Different life » s’est révélée dans cet exercice. J’adore les morceaux simples, à 4 accords, qui peuvent partager des émotions et que les gens peuvent s’approprier facilement. Avec cette version, on a d’ailleurs fait craquer une vieille dame venue prendre son café lors d’un concert donné il y a quelques temps dans le petit pub d’un aérodrome… Une expérience troublante, mais qui nous a fait prendre conscience de l’émotion dégagée par ce morceau (quand il est bien chanté !)

 

En France, la new-wave, ou la musique électronique n'ont jamais, à part quelques exceptions, INDOCHINE ou TAXI-GIRL, eu un grand succès commercial et en plus ont été très largement critiquées et moquées par la presse et l'intelligentsia rock, qu'en est il en Belgique?
Vincent : Question difficile. Dans le cas de la Belgique, ça demanderait sans doute un débat de fond, voire même…politique ?
Il y a un gouffre entre la culture au nord et au sud de la Belgique et il en va évidemment de même pour la musique. Le statut de la musique pop et des artistes qui la produisent y est totalement différent. En ce qui concerne l’électro des 80’s, le côté francophone a vu naître des groupes phares/pionniers comme Front 242 ou Telex, par exemple. Je ne suis pas sûr que leur succès fut éclatant dans un premier temps. Par contre, leur influence et la reconnaissance se sont vus renforcées au fil des années. A l’heure actuelle, j’ai le sentiment qu’en Wallonie, si tu fais de la musique typée 80’s, sans guitare et avec du chant, tu es obligé d’y associer un côté humoristique et second degré, parce que… tout le monde sait très bien que ce n’est pas de la vraie musique, et qu’ici seul compte le wackenwoll !

 

>> Petit aparté : ne sachant pas ce qu'étais le wackenwoll, j'ai tapé sur google m'attendant à trouver des explications sur un musique folklorique wallone, mais rien de probant ( à Part le FB d'une Victoria Wackenwoll), pas d'article dans wikipedia et après un petit laps de temps j'ai tilté ! je suis con ou quoi ! … <<


sm 2012 4

 

Votre album et EPs ne sont disponibles que sur demande via votre site, cela « limite » un peu l'accès à votre musique ce qui est bien dommage. Pas de label ou de distributeur pro en vue ?
S-M : Nous nous sommes octroyés une période de prospection labels/distributeurs de quelques mois avant de balancer l’album sur iTunes et les différentes plateformes de téléchargements. En bref, on va se la jouer « oldschool » encore quelques temps avant de basculer dans le 21è siècle. En même temps, on n’a pas ce qu’on peut appeler un « plan de carrière »… On est des petits artisans ! Toute proposition de soutien est la bienvenue!

 

Parlons scène, a t-on des chances de vous voir en live dans nos contrées ?
S-M : Ce serait un pur bonheur ! Encore une fois, on est clairement confronté à nos limites lorsqu’il s’agit de prospection, de démarches, de management: on est tout sauf des commerciaux (ou des spamers ?!) et ça se ressent sans doute sur le terrain… Difficile d’être efficace sur tous les plans. C’est comme si on voulait cumuler 10 métiers à la fois. Any booker around? On débarque en France quand vous voulez, où vous voulez !

 

Côté clipesque seul FAR AWAY bénéficie d'un support vidéo spécifique ( je ne compte pas les captures de live), si vous voulez faire aussi bien que PSY avec son 1,5 milliard de vues sur youtube il va falloir, nous en donner plus, c'est prévu ?
S-M : On a un clip sur le feu qui illustrera un second morceau de l’album qui nous tient spécialement à coeur. C’est très frustrant de ne pas pouvoir avancer plus vite et efficacement, mais on dépend chacun de nos situations professionnelles, familiales, etc… C’est un peu comme lorsque tu rêves d’organiser un gros BBQ avec tous tes potes: tu dois souvent revoir tes plans à la baisse et trouver la date où tu pourras réunir un max. de monde… et prier pour qu’il ne pleuve pas !


LACOMBLE-copie-1

 

Si on vous propose la première partie de DEPECHE MODE au stade de France, vous en êtes ?
S-M : Wow ! Voilà une question qu’on ne s’est jamais donné le droit de se poser. C’est à double tranchant une situation pareille: d’un côté, ce serait inimaginable de refuser pareille proposition. De l’autre, il me semble toujours plus intéressant de programmer en première partie d’un gros groupe, des artistes différents. La filiation avec Depeche Mode est sans doute trop évidente et on risquerait de nous prendre pour un groupe de reprise de DM…Ce qui a déjà été le cas ! 

 

Bon en attendant cette superbe opportunité SUFFOCATING MINDS ça plait au banquier ou faut il avoir une double vie pour nourrir son homme ?
S-M : Rares sont les musiciens qui vivent de leur musique en Belgique et je pense que la situation est encore plus vraie en Wallonie.  Figure-toi qu’ici, les groupes qui cartonnent sont… les groupes de reprises ! On nous conseille souvent de faire un groupe de cover de DM, au point qu’on se demande parfois si on ne devrait pas faire un groupe de reprises de nous-mêmes pour faire croire que SM est un groupe culte des 80’s ! Composer de la musique est une passion dévorante, mais pour l’instant, ça rapporte autant que de shooter du zombie sur ta PS3 ou de regarder des films !

 

Dans le genre question à la con (parce qu'on n'est pas qu'intelligent...) que pensent les Belges de ces français qui soudainement se trouvent épris de la Belgique au point de vouloir pratiquement y demander l'asile politique, JOHNNY HALLYDAY ou GERARD DEPARDIEU pour ne pas les nommer ?
Vincent : Personnellement, je prends ça comme des faits-divers qui servent à occulter des drames sociaux bien plus importants, ceux provoqués par la mondialisation de l’économie… Tiens, j’ai toujours cru que Jean-Philippe était belge, non?!

 

J'ai consacré un petit article a quelques chansons pop belges et au groupe VIVE LA FETE que j'aime beaucoup, que me conseillez vous comme autres groupes ou artistes de votre pays à découvrir ?
S-M : On vient justement d’apprendre qu’on allait jouer dans un festival avec de très chouettes groupes belges, tendance électro: Di*ove, Thot, Alpha 2.1 ou SX avec Front 242 en tête d’affiche. Un vrai bonheur de se dire qu’on va jouer avec des artistes pareils… et une belle pression aussi! On va également faire une date avec Organic, qui est plutôt dans la mouvance Cold Wave. Puis, si tu n’as pas encore eu l’occasion d’écouter le dernier album de Goose, précipite-toi!


sm2012 5

 

Et vous, vous aimez des artistes français ? INDOCHINE par exemple ça vous dit quelque chose ?
Vincent : Personnellement, j’ai beaucoup d’admiration et de respect pour Indochine, cette carrière exceptionnelle, la loyauté et la fidélité qui existent avec les fans. C’est rare ! Musicalement, je t’avoue que ce n’est pas ce qui me fait vibrer. En parlant d’artistes français, je savais que le côté électro mélancolique de Zazie me touchait sur certains morceaux…mais depuis quelle a sorti Cyclo,… je suis conquis! Peut-être est-ce dû à la présence d’un des membres de Aaron sur la production? Puis il serait difficile de ne pas mentionner des talents comme Daft Punk, Justice et dernièrement, Kavinsky dont « Out Run » me donne envie de lacher tout pour rebrancher mon Atari 2600 en attendant de prendre le bus pour aller voir Cobra avec Stallone en jurant à l’ouvreuse du cinéma de quartier que j’ai plus de 16 ans…

 

Au niveau Culturel ou se trouve la frontière le plus présente, entre la Wallonie et la Flandres ou entre la Wallonie et la France ?
S-M : La Wallonie est clairement plus imprégnée de culture française que flamande. La Flandre est perçue comme un autre pays de notre côté. Il y a un clivage profond qui remonte à plusieurs décennies . Une distance créée non seulement par la langue, mais aussi par les médias et l’économie, etc… Les Wallons ont tendance à se tourner naturellement vers les médias français et la culture suit.


 

Un petit top of the tops de vos morceaux, groupes et albums favoris, no-limits laissez vous aller …
Vincent : IAMX, Nine Inch Nails lorsqu’il inclue son piano, Haujobb, Björk (plutôt ses 3 premiers albums), Depeche Mode évidemment avec un faible pour Violator et SOFAD, Johann Johannsson, j’ai un faible pour les B.O. de Jerry Goldsmith lorsqu’il a commencé à mélanger les arrangements classiques et l’électro, Kavinsky, puis tous ces singles « crapuleux » (comme on dit chez nous) qui demandent de pousser le volume et te filent la pêche pour aller bosser: The Presets « My people », Nero « Reaching out » ou Goose « Control »…

 

Et pour finir quelle question hyper-pertinente auriez vous aimé que je vous pose et que j'ai zappée ?
Vincent : Brune ou blonde ?

 

Merci encore pour le temps consacré à cette petite interview et si vous pouviez m'envoyer quelques caisses de KWAK ce serait le top …..

vous pouvez vous procurer leur album en leur écrivant a suffocatingminds@gmail.com 


sm2102 3

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

N-W-Land 27/04/2013 14:52


Bravo pour cette superbe interview mister caglio! Quelle magnifique découverte qui sonne en effet très DM, un seul lien, fort dommage mais c'est vraiment excellent! J'espère pour eux et surtout
pour les fans que leurs albums soient mieux diffusés!

CAGLIOSTRO 05/05/2013 23:16



Merci NWLand tu peux retrouver plus de titre sur l'article qu j'ai consacré à leur album



Présentation

  • : Le blog de CAGLIOSTRO
  • Le blog de CAGLIOSTRO
  • : Je souhaite partager mes lectures, la musique que j'aime et les films qui m'ont plus.
  • Contact

qui est là ?

bloggeurs de tous pays