Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 00:56

revoltes de l'an 2000

 

Voilà un exemple flagrant de la crétinerie appliqué à la traduction des titres de certains films étrangers. "Les révoltés de l'an 2000", film qui date de 1976 avait pour titre original « quien puede matar a un nino ? » qui se traduit par « qui peut tuer un enfant ? » une phrase prononcée par un des protagoniste du film. Dans ce film, il n'y a  ni révoltés, ni an 2000, bon enfin si on tire par les cheveux on peu dire qu'il y à des révoltés mais pas dans le sens le sens classique du terme. Avec un titre pareil on s'attend à des gens se révoltant contre un système politique  et des affrontements contre des forces oppressives dans un film d'anticipation, car en 1976, l'an 2000 c'était de la science fiction. A la limite, le film aurait pu s'intituler «  l'île aux enfants, c'est le pays joyeux des enfants heureux ..... » émission qui faisait mon bonheur télévisuel à cette époque,mais là ce serai du troisième degré....Bon passons sur cette anecdote pour aller au fond du sujet, le film de Narciso Ibanez Serrador.

quien-puede-matar-a-un-nino.jpg

Encore un film espagnol, décidément ! C'est marrant ce film sorti en 1976 se déroule, a 2 ans prés, l'année de l'action de l'excellent film "Balada triste". Ce film est un peu un FBNI (film bizarre non identifié), son ambiance et son sujet sont en effet assez étranges. J'ai tout d'abord été surpris par l'introduction , plus ou moins 10 minutes d'extraits de documentaires historiques sur les camps de concentration , la guerre de Corée , du Vietnam, famine et guerre au Biafra etc.... De scènes assez épouvantes puisqu'il s'agit d'images montrant des enfants victimes de guerres et de la barbarie humaine. Enfants victimes des expériences nazis, du napalm américain au Vietnam etc... la musique,  une petite mélodie enfantine, les commentaires du narrateur et l'affichage du nombre d'enfants morts contribuent à un instaurer un certain malaise, et d'un coup paf... on attaque le film. Pour ne pas gâcher l'effet je n'en dirai pas plus.
quine-puede-matar-a-un-nino.jpg
Le film se déroule donc en Espagne et les  deux principaux protagonistes, un couple d'étrangers dont le femme est enceinte se rendent en vacances sur une petite ile en Méditerranée, Almanzora. Avec l'ile de Hierro on peut voir deux visions d'iles espagnole très éloignées du cliché d'Ibiza et beaucoup moins accueillantes pour le touriste de base. Sur cette ile, plus de trace d'aucun adulte, ni de Casimir, mais des enfants au comportement pour le moins bizarre.
Le film est un étrange mélange de suspens Hitchkokien semblable au film les oiseaux, auquel le film fait de très gros clins d'œils et doit fortement s'en inspirer. On remplacera juste les adorables volatiles par de non moins adorables enfants. J'ai aussi pensé à la nuit des morts vivants de Romero par des côtés assez dérageants et troublants. Dans ces trois films des personnages essaient d'échapper à ce qui d'ordinaire est en principe tout à fait inoffensif (quoi que...) : des oiseaux, des cadavres et des enfants. L'aspect provoquant et le thème original sont malheureusement contrebalancés par une mise en scène parfois un peu amateuresque mais cela passe quand même tres bien.

Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Scream tant le gars ne suit pas les conseils qui y sont prodigué pour survivre dans un slasher movie. Il s'agit d'ailleurs d'un gars assez crétin et qui ne m'a attiré aucune sympathie, à qui on a envie de dire « casse toi pov con » à plusieurs moment du film. D'ailleurs à qui viendrai t-il à l'idée de faire une balade en barque de 4 heures avec une femme enceinte, blonde de surcroît, en plein cagnard espagnol sans chapeau, ombrelle et rien à boire...... ok ….. à un anglais.   
ile
Le film créée une certaine tension, et propose quelques séquences chocs, ici en effet pas d'alien a la grande mâchoire, pas de cadavre en putréfaction, ou de malades mentaux armés de tronçonneuses, juste ce que nous, en principe,  aimons le plus au monde nos enfants ! Et c'est la que le parallèle peut se faire avec l'introduction, et que l'on  maudit le traducteur français, Qui peut tuer un enfant ?  le film métaphormorise (ça existe ce mot ?) la réponse. Dans la réalité comme le montre le documentaire la réponse est : beaucoup de monde. Guerre, famine, pauvreté, délinquants sexuels, exploitation etc... directement ou indirectement beaucoup d'enfants sont de faciles victimes pour les errements de notre soit-disant monde civilisé, rassurez vous je ne vais pas chanter la chanson d'Enrico Macias pour finir (faut pas exagérer tout de même ! ).

isle-of-the-damned.jpg
En résumé un film plutôt série Z mais assez étrange et bien foutu pour mériter votre curiosité. Par ailleurs le sujet de ce film est assez prophétique puisqu'il annonce, pour le coup une vraie révolution des enfants de l'après franquisme : la Movida. Certes cette révolution n'a pas fait de morts (à part quelques overdoses) , mais pour les conservateurs et l'ancien ordre moral ça a du faire la même effet que dans le film, tous ces jeunes qui bousculent les tabous religieux, culturels et sexuels, ils ont du les prendre pour des monstres déviants sortis de leurs propres entrailles.  Un autre film espagnol "Cria cuervos" de Carlos Saura sorti aussi en 1976, dont la musique "porque te vas" est resté dans nos mémoire, mettait aussi en scène des enfants dont la petite Ana qui à perdu ses parents et refuse de grandir. "Cria cuervos", vient de l'expression "cria cuervos que tes sacaran los ojos", qui signifie, "élève des corbeau e ils t'arracherons les yeux", métaphore pour rendre compte de l'ingratitude des enfants vis à vis de leur parents.  Etonnifiant non !
J'ai découvert ce film grâce à la caverne des introuvables et vous pouvez vous aussi le voir en le téléchargeant ici.

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by CAGLIOSTRO - dans CINEMA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de CAGLIOSTRO
  • Le blog de CAGLIOSTRO
  • : Je souhaite partager mes lectures, la musique que j'aime et les films qui m'ont plus.
  • Contact

qui est là ?

bloggeurs de tous pays