Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 18:34

C'est la première année que le magnolia de notre jardin est si fleuri. Malheureusement cela ne dure pas trés longtemps, alors j'ai essayé d'immortaliser ce petit moment en photo. Pour joindre le plaisir des oreilles à celui des yeux je vous propose un nouvel extrait de l'album "Gone to earth" de David Sylvian : "silver moon". Enjoy end relax.

Si vous appréciez je vous invite à découvrir mon article précédent.

 

 

 

SAM 5553 2

SAM 5575 2

SAM 5576 2

SAM 5634 2

SAM 5573 2

SAM 5640 v2

SAM 5588 2

SAM 5578 2

SAM 5639 2

SAM 5590 2

Partager cet article
Repost0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 00:34

 

hunger-games.jpg

 

Les films violents font ils l'apologie de la violence ou ne sont ils que le reflet d'une société violente ? Je ne pense pas que ce film propose ce genre de débat, car c'est juste à mon sens un pur « divertissement » avec juste un petit fond de thèse sur le pouvoir, les masses populaires, la relation entre exploiteurs et exploités etc... Pour combler un certain ennui que me provoquai parfois ce film, je me suis hasardé à des réflexions du genre quels sont les inspirations historiques ou culturelles de ce film (qui est d'ailleurs l'adaptation d'un roman) ?

Quelques mots tout de même sur Hunger Games,  le film réalisé par Gary Ross, il s'agit de l'adaptation d'une trilogie de romans écrits par Suzanne Collins. Les romans tout comme le film sont orientés vers un public adolescent. en voici un résumé : "Dans un proche futur, les États-Unis sont devenus un gouvernement fédéral dystopique dans lequel chaque district doit envoyer un garçon et une fille combattre lors d'un événement annuel télévisé, "The Hunger games", dont la seule issue est : tuer ou être tué. Lorsque la petite sœur de Katniss est tirée au sort pour y participer, Kat décide de prendre sa place".

 

 

cour-de-Louis-XVI.jpg

 

J'ai principalement pensé à l'opulence d'une cour de Louis XVI en version Jean Paul Gaultier ( voir le 5° élément de Besson) et un peuple affamé qui se révolte (sauf que la visiblement ils ont foiré leur révolution). Hunger veut d'ailleurs dire faim, la traduction en français aurai donné « les jeux de la faim », mais visiblement ce n'était pas un titre susceptible d'attirer le public français et ils ont conserver l'original qui ne parlera pas à grand monde mais qui fait plus « classe ». Bien entendu voir des gens s'entre-tuer en guise de spectacle, cela m'a tout de suite fait penser aux gladiateurs, l'arène ayant cédé sa place à la télé. Sauf qu'à mon humble connaissance, les gladiateurs étaient des adultes, certains étaient des vedettes-pros (versions Zidanes de l'antiquité) et pas des ados. J'ai aussi lu deci-dela que des sacrifices de jeunes pour des raisons x ou y était organisés dans certaines sociétés de l'antiquité. Ensuite, depuis la nuit des temps, les exemples de sociétés avec une minorité vivant dans l'opulence et le gaspillage et exploitant des masses laborieuses et affamées sont légions (toute ressemblance avec notre monde actuel ne serai que fortuit). En voyant les mineurs j'ai presque pensé aussi à Germinal, c'est dire si j'ai cogité ! Bref le film brasse quelques références historiques bien qu'il s'inscrive dans un cadre plutôt anticipation.

gladiateur.jpg

Je pense donc que la vision même si elle semble tout à fait irréelle, mon dieu quelle civilisation horrible qui fait ça à des enfants ! Est on ne peut plus concrète et malheureusement la notre. D'accord, ils ne vont pas s'entre-tuer sous l'œil de nos caméra, nous on préfère faire chanter les nôtres à l'école de fans, mais lorsque les caméras se braquent sur les enfants des pays « moins favorisés, qui sniffent de la colle dans les rues de Moscou, qui errent sur des tas d'immondices pour chercher un petit truc à récupérer pour survivre, les enfants soldats africains etc.... la liste est longue, ce film à côté c'est l'ile aux enfants. En matière de violence le monde nous prouve tous les jours que la réalité dépasse la fiction et que les enfants en sont les premières victimes. Au passage je tient à féliciter M. Cheminade et Mme Manaudou qui avant tout le monde avaient trouvé une des raisons de la récente tuerie qui à endeuillé notre pays et le monde : les jeux vidéos violents ! Il est bien reconnu que Staline, Hitler, Polpot Jack l'éventreur, Gilles de Rais (liste non exhaustive...) ont été traumatisé dans leur enfance par de longues heures à jouer à Counter strike. Non ce n'est pas pour des raisons de fanatisme religieux ou des idées d'extrême droite que Merah et Brevik ( tuerie de Norvège), c'était simplement des accros de jeux violents qui écoutaient du hard rock satanique et jouaient à des jeux de rôles, ben voyons. Et le le militaire américain qui, en Afghanistan, à tué, dans leur maisons, sans raison des civils, dont 11 enfants et de femmes était il aussi accro aux jeux ? Fin de la parenthèse.

jeux-video.gif

 

Pour en revenir à un sujet plus léger, si je puis dire, le thème mettant en scène des gens s'entre-tuant pour un jeu télévisé n'est pas neuf. «  Le prix du du danger » date de 1983, réalisé par Yves Boisset, avec Gérard Lanvin il s'agit de l'adaptation d'une nouvelle d'un auteur de Sf américain Robert Schekley ( je me disait aussi...cette idée ne pouvait venir de France) qui remonte à …..1958. voici le résumé : « Dans un futur proche, un jeu télévisé intitulé « Le Prix du danger » fait fureur. Les règles sont simples : un homme doit parvenir à rejoindre un endroit secret en échappant à cinq traqueurs. Si le candidat gagne, il se voit attribuer la somme de 1 million de dollars, dans le cas contraire, la mort l'attend. Le tout est filmé et retransmis en direct sur une chaîne de télévision»

A l'époque les inventeurs du loft et de big brother portaient des couches. Évidemment qui dit scènes d'actions dans un film français dit éclats de rires (moqueur), mais le film dénonce avec plusieurs années d'avance le système télé-réalité et travers de la société. J'ai un vague souvenir du film par contre je me rappelle très bien de Michel Piccoli présentateur du jeu et en voyant dans Hunger Games, Stanley Tucci (l'acteur qui joue le présentateur) j'ai immédiatement pensé à lui et a son interprétation ( non je n'ai pas pense à Jean Pierre Foucault). En me documentant j'ai découvert qu'une adaptation cinématographique Allemande avait été réalisé en 1970, mince on a encore été victime du blietzkrieg

 


 

 

 

J'allai partir sur l'adaptation américaine avec Schwarzie et je découvre qu'en fait Running man (le nom du film sorti en 1987) est l'adaptation d'un roman de Stephen King écrit en 1982 et non du Prix du danger. J'ai donc en écrivant cet article appris quelque chose. Toute cette confusion a bien entendu donné lieu à des procès pour plagiat de part et d'autre mais ça c'est une autre histoire. Je cite une partie du résumé du film Running man « Un policier est arrêté pour avoir désobéi aux ordres en refusant de tirer sur une foule innocente et affamée » affamée = hungry = hunger « il est remarqué par un animateur de télévision qui veut l'engager (contre son gré) pour son émission The Running Man dans laquelle un homme doit échapper à des tueurs ». Etonnifiant ! Le film Running man est loin d'être un chef d'œuvre, en tout cas je n'en ai pas conservé de souvenirs très précis (ce qui n 'est pas bon signe), loin de l'aspect dénonciation du film français c'est un film d'action calibré pour Schwarzie.

 

 


 

 

Déjà avant de voir vu le film je me disais que ce devait être une sorte de « Battle Royale » en mode Hollywoodien et édulcoré, bingo ! Pour ceux qui ne le savent pas Battle Royale est film japonais de 2000 lui même inspiré par un roman de 1999. Je me permet de citer le résumé du film « Dans un Japon futuriste, les adultes redoutent les adolescents japonais, enclins à la violence et à la désobéissance. D'où le vote de la loi Battle Royale. Le principe de ce « jeu » est très simple : Une classe de troisième, tirée au sort, est envoyée chaque année lors du traditionnel voyage scolaire dans un lieu isolé (une île en l'occurrence), sur lequel les élèves doivent s'entretuer, et ce durant trois jours. Il ne doit rester qu'un survivant - faute de quoi les colliers dont sont munis les joueurs explosent -, qui pourra rentrer chez lui à l'issue du jeu. » remplacer quelques mots et vous avez le résumé de Hunger Games. Je ne porte pas de jugement du type « ho les vilains ils ont copié » car il y a tout de même des différences dans le sujet exposé : hunger games nous parle de l'opposition entre gouvernants et gouvernées, d'exploitation des masses, de dérives de la la télé-réalités. Battle Royale est plutôt selon moi axé sur l'opposition entre jeunes et adultes, et notamment sur la violence considérée gratuite de certaines jeunes. « Puisqu'ils sont violents qu'ils s'entre-tuent entre eux, ça les calmera » imparable comme méthode non ? Battle royale est dans la continuité d'orange mécanique, au 1° degré un film dérangeant violent et gore mais en sous-jacent une dénonciation des travers de nos sociétés et de leurs contradictions hypocrites. Dans Battle Royale, pas d'édulcorants, c'est gore et frontalement violent, le genre de film que le public ados de Hunger games verra sans doute en cachette de ses parents.Dans le film espagnol « qui peut tuer un enfant » traduit en français par « les révoltés de l'an 2000 », que j'ai déjà chroniqué dans ces pages, le propos de de battle Royale est en quelques sorte inversé puisque ce sont les enfants qui réagisse a la violence des adultes en tuant ces derniers afin de transformer le monde en un monde sans violence ni haine. En mode plus léger, des enfants qui s'affrontent entre eux, sans que ce soient les adultes qui les y aient poussé, c'est … la guerre de boutons.

 

 


 

 

 

Alors les questions du bac de philo qui restent après tous ces films : la violence fait elle partie de notre nature propre ? est elle innée chez l'enfant ? est ce que l'enfant est non violent et est ce le monde des adultes qu'il cherche à reproduire lorsqu'il se bastonne dans la cour de récré ? En tout cas merci M Cheminade et Mme Manaudou de nous avoir éclairés.Autre pensée qui m'est venu en voyant le hunger games c'est Zardoz, un vieux(1974) et tres bizarrrrree  film d'anticipation avec Sean Connery en short qui est le serviteur armé d'une civilisation futuriste, il n'y est pas question de jeux télévisé, mais juste l'opposition entre deux civilisations l'une avancée exploitant les ressources et le travail de l'autre....mince mais c'est encore l'Histoire du monde.

 

 


 

 

J'allais oublier, un film auquel j'ai pensé en regardant Hunger games , Twilight, au dela du « une fille deux gars », au delà du sujet mais plus dans le traitement de l'histoire et la mise en scène de héros dans lesquels le jeune public peu plus s'identifier. Sinon les deux surprises du film c'est découvrir que Sawyer de Lost y avait un rôle, non je plaisante en fait c'est l'acteur Woody Harrelson qui coïncidence ou hasard avait le premier rôle dans le controversée film d'Oliver Stone ou il est incarnai un jeune extrêmement violent . Il est ici survivant d'un précèdent session des Hunger games et coach de deux jeunes. Encore une fois étonnifiant. Autre surprise la présence de Donald Sutherland avec un mini rôle mais important roel puisqu'il est chef-gourou de la civilisation qui organise ces jeux.

 

tueurs-nes.jpg

Partager cet article
Repost0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 02:09

 

KICK ASS

2010 – Matthew Vaughn – film de super-hérogeek

Moi 7,5/10 + Mamzelle A 5/10 + Mamzelle L 5/10 = moyenne 5,8/10 (imdb /10)

- Un jeune décide de devenir un super héros alors qu'il n'a aucun super pouvoir

- Je pense qu'il faut avoir une base de fan de comics pour apprécier ce film qui personnellement m'a bien amusé, mais que certain qualifierons de portnaouak.

 

HUNGER GAMES

Vu au cinéma

2012 - Gary Ross - teen-survival-movie

Moi 5/10 + Mamzelle A 6/10 + Mamzelle L 7/10 = moyenne 6/10 (imdb /10)

- Une civilisation organise des jeux de survival-gladiateurs télévisée dont les héros sont des ados

- Prenez « le prix du danger » film français de 1983, qui présente un jeu de télé-réalité mortel, pour remplacer les adultes par des ados croisez le avec Battle-royale, film japonais de 2000 édulcorez à la sauce Twilight sans ketchup, mettez le tout dans une civlisation mix de Zardoz et 5° élément (pour les looks). Mais du moment que ça plait aux mamzelles....

 

VERY BAD TRIP 2

2011 – Todd Philips – comedie sous GHB

Moi 4,5/10 (imdb 6,6/10)

- Les 3 gars du 1° very bad trip se font encore avoir

- Very bad suite qui fait plouf ! Dommage j'attendais du gros délire et à part la scène avec le transsexuel c'est très, très gentil et con-venu.

 

SUPER 8

2011 - J J Abrams – teeen-E.T-adventures

Moi 6/10 + Madame 6/10 + Mamzelle A 5/10 + Mamzelle L 5,5/10 = moyenne 5,6/10 (imdb 7,2/10)

- Des jeunes ados qui jouent à faire un film, se retrouvent au milieu d'un complot militaire visant à récuperer un E.T plus bagarreur que celui des 80's

- Mon côté ado s'est laissé séduire pendant que mon côté adulte criai c'est nul. On assiste à l'accident de train le plus spectaculaire, mais aussi le plus débile et improbable de l'histoire du cinéma mondial.

 

SANCTUM

2011 – Alister Grierson – survival movie en profondeur

Moi 5,5/10 + Mamzelle L 6/10  = moyenne 5,7/10 (imdb 5,7/10)

- Des spéléo-plongeurs se retrouvent coincés dans une grotte dans laquelle s'infiltre l'

- Je m'attendais à frémir et en avoir plein la vue, mais il n'en à rien été, le film se regarde gentillement sans plus.

 

JOHNNY ENGLISH

2011 – Oliver Parker – parodie bondesque

Moi 6/10 + Mamzelle A 7,5/10 + Mamzelle L 7/10 = moyenne 6,8/10 (imdb 6,2/10)

- L'agent secret triple 000 est de retour, bévues et maladresse comprises, pour « sauver » la grande Bretagne

- Nous sommes fan de Mr Bean ce qui explique la note assez élevée du film, mais il faut avouer que le formatt sketch convient beaucoup mieux à Rowan Atkinson. A noter le bonus en la personne de Gillian Anderson …. (xfiles for ever !)

 

L'EMMERDEUR

1973 – Edouard Molinaro – Comédie en duo

Moi 5/10 (imdb 7,1/10)

- Un tueur à gage voit sa mission compromise par un gaffeur suicidaire et collant

- Ah ! le charme vieillot des vieilles comédies françaises . Un comique de situation qui fonctionne surtout par la présence décalée de Lino Ventura.

 

CONAN (2011)

2011 - Marcus Nispel – Héroîc fantasy barbare

Moi 6,5 + Mamzelle A 3/10 + Mamzelle L 5/10 = moyenne 4,8/10 (imdb 5,2/10)

- Les aventures du célèbre barbare créé par R E Howard

- Difficile de succéder au mythique Conan interprété par Schwarzie. Je me demande ce qui m'arrive car je n'ai pas détesté ce film alorq que je partai avec un gros a priori au vu des critiques parues dans mad movies, l'ecran fantastique et autre internautes. Soit le film n'est pas si mauvais soit j'étais dans un bon (mauvais) jour.

 

RETOUR VERS LE FUTUR 3

1990 – Robert Zemeckis – comedie/western/voyage temporel

Moi 7/10 + Mamzelle A 6/10 + Mamzelle L 6/10 = moyenne 6,3/10 (imdb 7,2/10)

- Suite à un accident survenu dans le 2, le prof se retrouve au Far-west et Marty part le récupérer

- Drole et dynamique, comme les deux autres mais l'ambiance far-west m'a moins emballé et il y a moins de paradoxes temporels. A noter que je n'avais jamais vu cet épisode , ce fut donc un vrai retour vers le passé

 

RETOUR VERS LE FUTUR 2

déjà vu plusieurs fois

1989 – Robert Zemeckis – comedie/aventures/voyage temporel

Moi 8/10 + Mamzelle A 6/10 + Mamzelle L 6/10 = moyenne 6,6/10 (imdb 7,6/10)

- De retour du passé Marty doit cette fois aller dans le futur et affronter Biff et de nouveaux paradoxes spatio-temporels.

- Toujours aussi dynamiqueet sympa que le premier, on découvre ici les années 2010 vues en 1989 ce qui est assez drôle: voitures volantes, vêtements hauts en couleurs, skatebords électromagnétiques etc... on se rend compte que visuellement il y à moins d'écart entre les années 80 et les vraies années 2010 qu'entre les années 80 et les années 50

 

RETOUR VERS LE FUTUR

déjà vu plusieurs fois

1985 – Robert Zemeckis – comedie/aventures/voyage temporel

Moi 8/10 + Madame 6/10 + Mamzelle A 6/10 + Mamzelle L 6,5/10 = moyenne 6,6/10 (imdb 8,5/10)

- un jeune des années 80 remonte le temps dans les années 50 et doit faire en sorte que sa mère, qui est tombée amoureurse de lui, et son père sortent ensemble pour éviter un paradoxe temporel

-Excellente et dynamique comédie avec paradoxes spatio-temporels, malgré ses 27 ans d'age elle n'a pas trop vieilli et on a de nouveau passé un excellent moment avec Marty, le prof et Biff, les mamzelles aussi.

 

JOHN CARTER

vu au cinema

2012 – Andrew Stanton – science fiction/aventure

Moi 8/10 + Madame 9/10 + Mamzelle A 6/10 + Mamzelle L 7/10 = moyenne 7,6/10 (imdb /10)

- Adaptation du Roman d'E R Burroughs ou un soldat conféré est téléporté sur mars

- Chronique complète ici

 

MON PERE EST FEMME DE MENAGE

2011 – Saphia Azzeddine – comédie dramatique

Moi 5,5/10 + Madame 5/10 + Mamzelle A 6,5/10 + Mamzelle L 4,5/10 = moyenne 5,4/10 (imdb 5,6/10)

- Les tribulations d'un garçon dont le père est femme de ménage (c'est dans le titre)

- Une comédie de mœurs sympathique et fraiche, pas inoubliable, mais très agréable pour une soirée familiale

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 23:46

wfw-7.jpg

 

 

Il y a de cela quelques temps j'ai découvert un groupe français les Waiting for words, j'ai par la suite consacré un article spécial à leur dernier album : Follow the signs. Ils ont eu la gentillesse de se prêter à une interview avec moi, modeste blogueur amateur (parce que oui, il y à des blogueurs pros ! ).

Les photos qui illustrent cette interview ont été réalisée au Klub ou il se sont produit ce 16 mars (avec également le groupe Psyche). L'intégralité de l'album photo consacré à ce concert est disponible sur flickr et a été réalisé par Sandie Besso. D'ailleurs pour l'anecdote j'ai découvert qu'elle était également photographe au concert  des simple minds auquel j'ai assisté dernièrement, tout comme les waiting for words, le monde est petit ...

Pendant que vos yeux parcourent ces quelques ligne set images je vous invite à appuyer sur le player de deezer ci joint pour écouter un morceau des WFW, le super Miles away.

 

 

 

 

 

Tout d’abord merci à Waiting For Words de se prêter à cette petite interview pour un modeste blogueur amateur.

Commençons par un petit « Who are you ? » ? car j’ai eu beau éplucher la presse people je n’ai rien trouvé sur vous.

ZeN : On aime la discrétion  Je suis le fondateur du groupe. Chant, claviers, quelques lignes de guitare. Ecriture et composition. En parallèle j’ai des activités de DJ et j’ai beaucoup organisé de concerts, soirées ces dernières années.

Soe : Pour l’instant je ne sais pas trop qui je suis ni où me situer… J’ai eu coutume de dire que je suis celle qui, dans l’ombre, lui permet de briller dans la lumière…

ZeN : Hmmmm, tu peux dire ça pour l'album précédent . Sur A Walk Through The Night (2004), Soe avait déjà écrit quelques textes, mélodies vocales, faisait des chœurs et un duo et puis quelques apparitions sur des concerts ici ou là. Mais depuis 2-3 ans, il y a de plus en plus d'apparitions Live, sur un, puis 2, 3 titres et de plus en plus d'écriture, de composition, de chant... Il n'y a pas eu un moment où je me suis dit que Soe allait faire partie du groupe ou pas... c'est à la fin de l'album que j'ai réalisé qu'elle avait bossé sur 7 des 13 titres, qu'elle était impliquée de toute façon dans presque toutes les décisions. Et puis il y a eu surtout l'appel du public ! Et le single Miles Away a eu son importance bien sur dans cette « sortie de l'ombre ». Sur scène, Soe assure des claviers, chœurs et chant lead.

Le groupe Waiting For Words a, selon ce que j’ai lu, été fondé vers la fin des 90's, comment a t-il évolué depuis cette époque ?

ZeN : Il a même été fondé… au début des 90’s  On peut résumer l’évolution par 3 phases distinctes. La 1ère partie des 90’s en formation plutôt synthpop, une évolution à partir de 1995 vers un son plus Rock avec batterie, basse, guitare, même si les synthés et la New Wave était toujours dans notre ADN, et, la partie la plus intéressante et la plus connue en tout cas, à partir de 2004, avec un retour vers l’électronique. Depuis le Printemps 2010, Waiting For Words est plus un projet qu’un groupe. Soe et moi menons la barque et tous ceux qui veulent y participer sont les bienvenus.

wfw 10

 

Sur le nouvel album, j’ai trouvé des références musicales à des groupes comme OMD, Depeche mode ou même Pet Shop Boys, notamment pour Miles Awayqui, bien que sonnant différemment, me fait penser à un West End Girls français. J’y trouve aussi quelques sonorités plus techno et EBM, deux genres que je ne fréquente pas trop. Quelles sont donc les réelles influences de WFW ?

ZeN : Elles sont plutôt variées. Bien sur, les groupes que tu cites, (OMD, DM, PSB…) font partie de notre « patrimoine génétique ». Je ne suis pas branché plus que ça sur l’EBM et la Techno. J’aime beaucoup Nitzer Ebb par exemple, mais j’ai plus de mal avec les trucs un peu plus durs comme Front 242. Quant à la Techno, j’ai baigné dans le monde des Raves pendant toutes les années 90, alors j’ai eu ma dose ! J’aime plus l’electro ambient, minimale, un peu chill out.

Sinon, toute la New Wave bien sûr, de Talk Talk à Marc Seberg, Cure et Siouxsie, mais aussi des styles plus soul, groove… Ce qui m’attire le plus, c’est avant tout l’âme et la mélodie. Je suis très fan de Marillion ou Pink Floyd.

Electrocaine qui nous a accompagnés sur scène pendant 2 ans a participé aussi à l’album. Il a apporté son univers électro minimal / Trip Hop. Quant à Melanoboy, qui a coproduit 8 des 13 titres de l’album et co-composé pas mal de titres a lui aussi mis sa touche Electro, voire EBM avec la rythmique de Follow My Voice par exemple. Mais lui aussi est très varié dans ses influences. Il peut très bien composer un titre totalement synthpop comme Please ou un truc plus Electro Rock comme Pain.

Soe : Je n’ai pas d’influence particulière, dès l’instant où la musique provoque en moi des émotions. J’ai été élevée à la musique classique – Beethoven a ma préférence même si le piano de Satie me fait pleurer… Mais chez nous résonnaient toutes sortes de musiques… Chorale, Pop, Techno, Jazz ou les premières expérimentations électroniques comme ‘Swith On Bach’. J’aime tout… de la samba au negro spiritual… en passant par du gros rock qui tache… Si je devais faire un album solo, ce serait probablement un arc en ciel musical… En fait… je ne sais pas  ! Follow the Signs !

wfw-klub1.jpg

 

Depuis la 2° moitié des années 2000 on assiste à un revival de la new wave et de la synthpop du début des 80’s. De nombreux groupes de cette époque, sortent de nouveaux album, font des tournées et de très jeunes groupes s’inspirent de ces dits groupes en apportant quelque chose de très frais et moderne, vous reconnaissez vous dans ce revival ?

Soe : Donc, en fait, vous êtes en train de dire que de très jeunes groupes actuels ne font que de pâles copies de groupes jeunes depuis plus longtemps qu’eux ? (humour)

Je suis d’accord… Mais je remarque qu’il y a de nouveaux talents émergents depuis la côte Ouest française… entre autres… Et je bénis INTERNET qui nous permet d’aller à la recherche de frais pour nos oreilles contrairement à ceux dont c’est le boulot de découvrir de nouveaux talents…

ZeN : Non, personnellement je ne reconnais pas plus que ça dans un revival.
J
e suis sur le circuit depuis déjà 20 ans, et j’ai traversé une longue période où ce style n’était plus en odeur de sainteté. Bien sur, ce regain d’intérêt nous est certainement bénéfique, mais je ne fait que continuer ce que je fais depuis des années. Un peu comme ces groupes de l’époque d’ailleurs ! Duran Duran ou Human League, ou en France, Indochine, ne se sont jamais arrêtés et ont toujours continué à sortir des albums et tourner… Aucun média ne s’intéressait à eux, tout simplement. Nous poursuivons donc notre route sans nous soucier des modes ou des styles. On ne s'est pas mis au Grunge dans les 90's... on ne va pas se mettre au Dubstep aujourd'hui sous prétexte que c'est à la mode.

Il va encore y avoir un énième télé crochet, « The Voice » sur TF1, pour soit disant faire émerger de nouveaux pseudo-talents, pourtant des groupes et des talents musicaux déjà existants foisonnent mais n’ont pas d’ouverture médiatique grand public. Que pensez-vous de ces émissions ? Et si il y en avait une qui proposait à des groupes de passer sur les grandes ondes et d’être jugée par un jury de soi-disant professionnels, seriez vous partants ?

ZeN : Avec le recul, on ne peut que constater que de vrais talents ont émergé de ces shows. Quelqu’un comme Michal, avec son groupe Self Concept, est quelqu’un de doué et a d’ailleurs un univers très New Wave, Pop, Electronique. Mais forcement, la Star Ac lui a collé à la peau. Une Olivia Ruiz est aussi assez douée… mais combien de déchets pour en arriver à 3-4 talents !!!!

Et puis je trouve qu’à l’arrivée, les succès de certains sont quand même totalement surfaits. Qu’un artiste issu d’un tel show qui a bénéficié pour certains d’une présence H24, 7/7 pendant un ou deux mois sur une grande chaîne en prime time, sur une chaîne câblée en continu ou encore sur des magazines entièrement consacrés à ces shows, ne vendent à l’arrivée que 200 000 exemplaires, c’est juste ridicule par rapport au matraquage et au fric qui a été mis dessus. Si on donnait le même temps de présence à un groupe comme Aaron, ils vendraient des millions d’albums !! Mais il faut hélas faire avec vu que le public est encore séduit.

Si on nous le proposait… je ne sais pas. Ca dépendrait déjà du Jury, du concept de l’émission. Si c’est pour que Lio ou Manœuvre donne leur avis sur notre musique non merci !! Maintenant, ce serait une vitrine non négligeable. Si c’est pour jouer notre musique, notre style, avec notre personnalité, pourquoi ne pas saisir cela, quitte à en profiter pour faire un coup d’éclat et générer du buzz ? Mais je doute que nous correspondions un jour aux critères d’une quelconque émission du style.

D’une manière générale, le problème de la musique n’est pas que lié à ces émissions… elles en sont plus une conséquence que la cause réelle. Le problème est global et chaque maillon de la chaîne en est responsable, des artistes au public, de la presse musicale aux radios et TV, les distributeurs, magasins etc etc… il faudrait un véritable Grenelle de la musique pour remettre tout ça à plat… mais totalement utopiste.

Soe : je ne regarde pas la TV (pour moi télé crochet… signifie qu’à chaque fois que tu allumes ta télévision tu te prends un crochet en pleine face…) donc, pour m'y inviter, il faudrait m’envoyer un mail ou un SMS qui me ferait rire, que je prendrai comme de la pub et donc que je balancerai en Spam ! Non mais sans blague… c’est beau de croire aux contes de fées…   

wfw-klub-3.jpg

Une seule chanson de l’album est interprétée en français et j’ai personnellement trouvé que ça marchait très bien. Est-ce que l’écriture d’un album totalement en français est possible ou est ce que ce type de musique ne s’y prête pas facilement ?

ZeN : Les deux  Des groupes comme Dernière Volonté ou par le passé, Marc Seberg, prouvent que l’on peut faire de la belle New Wave en Français. C’est juste que je ne sais pas écrire en Français  Je préfère faire des bons textes anglais que des mauvais en français. De plus nous ne serions certainement pas en activité aujourd’hui si on avait chanté en Français, car c’est grâce à l’International que l’on parle de nous aujourd’hui. On a beaucoup tourné en Angleterre, on a été en Allemagne, en Suisse, on va aller aux Etats-Unis… je ne sais pas si, sans cet impact international beaucoup en France s’intéresseraient à nous. Et puis j’ai été bercé par 90% de musique anglo saxonne, je voyage pour mon travail depuis 15 ans à l’étranger... l’Anglais est vraiment ma seconde langue au quotidien.

Mais Soe est douée pour l’écriture, en Anglais comme en Français donc…

Soe : L’album est prêt ! Il ne manque plus que la musique  … Bien sûr que c’est possible. En fait… je ne sais écrire qu’en Français des émotions ressenties en français… !!! J’ai des dizaines de projets… j’espère qu’ils se concrétiseront… mais Indochine, Noir Désir, Emilie Simon, Air… se vendent ailleurs, alors pourquoi pas nous  !

ZeN : Tu te sous estimes là car tu as prouvé que tu savais écrire en Anglais 

Je trouve personnellement que le concept de chansons à deux voix de l’album fonctionne très bien, particulièrement, Miles away et Mon ami, comment envisagez vous ces duos, juste des one-shot ou un concept pouvant être élargi à plus de chansons?

ZeN : Aujourd’hui, le groupe est vraiment piloté par Soe et moi, donc la voix de Soe est intégrée à Waiting for Words. Alors après, il y a des morceaux qui ne s’y prêtent pas forcement. On choisit ce qui convient le mieux aux morceaux. Sur Please par exemple, cela n’apportait rien. Et on peut très bien imaginer demain des morceaux uniquement chantés par Soe. Nous considérons nos voix comme des instruments, comme un clavier, une guitare ou une basse.

Soe : On pourrait ne faire que des duos, mais franchement, ressemble-t-on à Peter & Sloane ? 
D’ailleurs, à la base, Mon Ami était un bonus track qui n’était chanté que par moi, en morceau caché… mais finalement il a fini en duo… Maintenant, dans le concept « duo », j’envisage plus des collaborations aussi avec d’autres artistes… prêter ma voix ou celle de ZeN à d’autres artistes. J’aime bien la mixité des univers… pour créer de nouvelles choses… ponctuelles mais belles !

Déjà dans les 80’s en France la New Wave ne bénéficiait pas d’un grand support des médias rock, mais maintenant entre le hip-hop/rap et la variété à la Grégoire y a t-il de la place pour des groupes de synthpop ou d’electro-pop , ou faut il émigrer à l’étranger (Grande-Bretagne , Suède…) ?

ZeN :... N'oublies pas que dans les 80's, Les Enfants Du Rock, L'Echo des Savanes ou les grandes messes télévisuelles comme Champs Elysées, Sacrée Soirée ou Lahaye d'Honneur et Jacques Martin invitaient régulièrement Depeche Mode, Cure, Indochine et tous ces groupes... NRJ a été LA radio qui a fait connaître Duran Duran, U2, et toute cette scène... La France fut la nation où Depeche Mode et Cure eurent le plus de succès, bien avant même leur Angleterre natale !

Aujourd'hui, la situation est sauvée par des webzines, des blogs de passionnés comme le tien et les Webradios. A un autre niveau, il reste encore Obskur Mag et Elegy pour la presse et certaines FM comme Aligre FM qui diffuse l’émission Coma Electrique. Mais il est clair que l’on a quasiment aucune chance d’atteindre le niveau de groupes comme And One, De/Vision ou Covenant dans leurs pays et à l’étranger ! Je pense que c’est d’ailleurs global à tous les styles, le Rock, la Pop et bien d’autres… cela rejoint ce que je disais sur la crise de la musique.

Soe : On a de la place dans n’importe quel pays dès l’instant où on a un public prêt à nous écouter. Nous avons la chance d’avoir notre public en France et c’est aussi grâce à lui que nous existons encore aujourd’hui… Les Waiting… ce sont les wordies qui en parlent le mieux… et plus ils parleront de nous et plus nous aurons la possibilité de toucher des gens qui ne sont pas de notre ‘univers musical’ mais qui seront touchés par nos sons ou par nos mots… et c’est là la clef !!! Toucher les gens…

wfw-klub-2.jpg

WfW permet-il à ses membres d’en vivre ou avez vous d’autres activités parallèles ?

ZeN : Nous sommes obligés d’avoir des métiers à côté pour vivre et produire notre musique. Ca a ses avantages. Nous sommes totalement indépendants et nous ne faisons nos choix qu’en fonction de ce que l’on veut faire, sans autres pressions particulières. Vivre de sa musique aujourd'hui relève de l'utopie. Entre les salles de concerts qui ne paient pas les groupes, les distributeurs de Cds qui nous arnaquent et ne paient pas nos ventes...

Quand je vois que des musiciens qui ont joué avec nous me sortent « On a jamais été payé pour jouer »... je me demande simplement sur quelle planète ils vivent et si le mot « passion » fait partie de leur dictionnaire. Si vous comptez vivre de la musique et être payés pour jouer, devenez requins de session pour jouer avec Sardou ou recyclez vous dans les groupes de bals populaires et de mariage, vous aurez beaucoup plus de chance de gagner votre vie ! Alors oui, heureusement, on arrive à avoir des cachets à droite à gauche et généralement, on a toujours une ou deux dates sur une tournée qui paient très très bien... et ça nous sert à payer le reste de la tournée et aller travailler des pays comme l'Angleterre, l'Allemagne ou les Etats-Unis, où nous allons jouer pour la 1ère fois au mois de mai.

J'ai découvert que vous aviez interprété des morceaux sur scène avec Partenaire Particulier, quels sont vos relations avec ce groupe ?

Plutôt bonnes ! Nous sommes voisins avec Eric Fetweiss, il nous arrive même de nous croiser au supermarché et de taper la discu au milieu des fruits et légumes  ! On s’est rencontrés via synthpop.fr, le site qui héberge le forum de Partenaire, il y a quelques années. On a organisé un concert avec eux à Bordeaux. Quand Eric m’a dit qu’ils jouaient « Photographic » de Depeche Mode quand ils ont commencé… cette reprise faisait partie de notre set live. L’occasion était trop bonne pour la jouer ensemble. Ca a été un bon moment 

Ca m’a fait plaisir de voir qu’il a continué à la jouer par la suite.
C'est un peu plus compliqué en ce moment car nous sommes tous les 2 sur les promos respectives de nos albums, mais on s’envoie toujours quelques SMS.

wfw-4.jpg

Maintenant quelques petits tops des WFW

Groupe, album et single préférés des 80’s ?

ZeN : Ouh la la… dur dur çà….

Groupe : Depeche Mode
Mais bon… Ca se joue quand même dans un mouchoir de poche entre les DM, OMD, U2, Cure, New Order, Tears For Fears, T21, Siouxsie, Simple Minds !!!

Albums : Marc Seberg - Lumières et Trahisons (1988) ET Propaganda - Secret Wish (1986)

Singles : Désolé, mais même 2 c’est trop dur !!! Heaven 17 – Let Me Go (1982), Talk Talk – Life’s What you Make It (1986), Human League – Don’t You Want Me (1981) et Simple Minds – Someone Somewhere in Summertime (1982)

Groupe, album et single préférés des 90’s ?

Groupe : James
Là aussi, d’autres groupes comme Marillion, REM et l’explosion des groupes synthpop en Allemagne ou dans les pays scandinaves comme Camouflage, And One, De/Vision

Albums : U2 – Achtung Baby (1991) ET Recoil – Bloodline (1992)

Single : Duran Duran – Out Of My Mind (1998)

Groupe, album et single préférés des 2000’s ?

Alors là, c’est encore plus dur… mais dans le sens contraire… trouver un truc d’excitant depuis 2000, franchement…

Groupe : Allez, on va dire que Coldplay est un des rares groupes qui s’est distingué depuis 2000. Je suis très fan, mais je trouve que ça manque un petit peu de noirceur. I Am X aussi propose quelque chose d’intéressant, même si je trouve que ça commence à tourner en rond. Et puis Aaron. Je trouve que c'est un bon compromis entre Coldplay et Radiohead. Ils ont plus de noirceur et de profondeur que les 1ers, et leurs experimentations sont plus abordables, moins... compliquées que les 2nds.

Albums : De/Vision – Popgefahr (2010) et Onetwo – Instead (2008)

Single : A-Ha – Foot Of the Mountain

Soe : euh… je suis nulle en musique… Alors moi le groupe que je préfère c’est celui avec les Messieurs tout noirs au maquillage qui bave et les cheveux en l’air… qui sautent partout … Ma chanson préférée c’est celle qui fait : la lalalalalalala lala !

Et enfin mon clip préféré… Je n’en ai pas… mais j’adore quand Nikita danse sur Beethoven !!!

Bref… je suis incapable de savoir qui est l’interprète d’une chanson ou même son titre… En revanche je connais des dizaines de chansons par cœur… même celles d’un autre temps !

Celle qui me donne la pêche dès les premières notes : Video Killed A Radio Star…
Celle qui me remue les tripes : A Forest…
Celle qui… pfff trop dur ! FOLLOW MY VOICE !

Et pour finir quelle question auriez vous aimé que je vous pose et que j'ai zappé ?

Soe : Voulez-vous chanter avec moi ?!

ZeN : Hmmmm... Peut être mentionner notre rapport avec la scène et le Live ? Waiting For Words, c'est une expérience qui se vit beaucoup en Live. Aucun concert ne se ressemble. On a un « catalogue » qui nous permet de varier nos setlists, on alterne pas mal les reprises et les projections vidéos sont très importantes, même si, hélas, on ne peut pas toujours techniquement en avoir... Les lights aussi. On travaille avec un magicien de lumières depuis maintenant 3 ans, Angel (www.artlights.fr )... il met de la magie sur scène:)

Nous sommes un des rares groupes de ce style en France à aligner autant de concerts, et surtout dans des lieux aussi différents. Notre manager me disait encore hier que ce qu'il respectait chez nous, c'est qu'à chaque fois qu'une proposition tombait, notre réponse était « Oui. Où ? Quand ? Quelle heure ? » alors qu'avec les autres groupes c'était d'abord « Combien c'est payé ? Qu'est ce que ça va nous apporter stratégiquement ? »
Bien trop d'artistes sont trop snobs avec les concerts. Je sais bien quand on joue dans un Espace Culturel Leclerc ou un Cultura que certains nous regardent de haut en trouvant ça nul ou glauque.... mais c'est à force d'aligner ce genre de concerts que l'on arrive derrière à faire le Bataclan, le Divan du Monde, le Glazart ou autres. Et puis un concert, même dans un lieu pas top, c’est toujours une répétition qui fait travailler… car il n’y a que ça pour progresser… jouer, jouer, jouer et encore jouer.
On ne peut pas se plaindre que cette musique n'est pas représentée dans les médias, et en même temps, cracher sur ceux qui se donnent du mal pour nous, que ce soit un gérant de Leclerc ou l’organsiateur d’un concert « hype » en Allemagne!

Il n'y a pas 2 publics, les intellectuels cultivés spécialisés d'un côté, capables de te pondre une discographie détaillée de la Synthpop en Azerbaïdjan ou de te dire que untel a utilisé un Moog WX29 version 2 à la 35ème seconde de tel titre et Mme Michu de l'autre qui n'aurait droit qu'à la soupe infâme qu'on lui déverse sur NRJ. Aller à la rencontre du public, l'interpeller avec un Follow My Voice alors qu'il fait ses courses dans un centre commercial et en voir certains repartir avec notre album, c’est ça faire la promo d'un album. Il ne faudrait pas oublier que c'est la ménagère de moins de 50 ans qui vibrait au son de Depeche Mode, Cure ou New Order il y a 30 ans.

Bon alors c’est sur qu’on ne va pas non plus tourner que dans les Espaces Culturels Leclerc quand même  Mais il faut alterner et surtout, répondre quand quelqu’un s’intéresse à votre groupe, votre musique et estime que ce serait bien de vous faire jouer. Que ce soit à la Salle des Fêtes de St Pierre de Pleguen ou à Berlin !

Merci encore pour le temps consacré à cette petite interview

ZeN & Soe : Merci à toi pour ta passion pour cette musique et la force de la faire vivre sur le net avec ton très bon blog

wfw-9.jpg

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 19:31

Sherlock-Poster-Saison-2.jpg

 

Cool, la mini-série Sherlock est de retour sur France 4, le mercredi à 20h35. J'avais déjà présenté cette très réussie adaptation de Sherlock Holmes se déroulant à notre époque, produite par la BBC, lors de la diffusion des trois premiers épisodes de la 1° saison, en 2010. Holmes et Watson, les héros créés par Arthur Conan Doyle sont donc de retour pour de nouvelles aventures, avec au programme, Irène Adler, le chien des Baskerville et bien sur Moriarty qui apparaissait dans le dernier épisode du précédentt volet. Par rapport a l'adaptation de Guy Ritchie je trouve ce Holmes, bien qu'elle soit transposée à notre époque, plus proche de l'œuvre originale, mais comme je l'ai déjà dit le personnage de Holmes se prête à toutes les excentricités comme en témoigne le roman l'instinct de équarrisseur présenté ici. Les acteurs Benedict Cumberbatch ( Holmes) et Martin Freeman (Watson) interprètent de façon tres plaisante leurs personnages respectifs, et peuvent se mesurer haut la tête à tous les autres duos d'acteurs qui sont passés par là

 

Question pratique voici les dates de diffusions des anciens et nouveaux épisodes :

Mercredi 21 Mars

20h38 Saison 2 - Episode 1 Sur France 4 VF

22h05 Saison 1 - Episode 3 Sur France 4 VF

Dimanche 25 Mars

13h45 Saison 1 - Episode 2 Sur France 4 VF

Mercredi 28 Mars

20h35 Saison 2 - Episode 2 Sur France 4 VF

22h05 Saison 2 - Episode 1 Sur France 4 VF

Mercredi 4 avril

20h35 Saison 2 - Episode 3 Sur France 4 VF

 

Saison 2 -

Épisode 1 : Un scandale à Buckingham

Épisode 2 : Le Chien des Baskerville

Épisode 3 : La Chute du Reichenbach (oh non il va encore mourir..... bon restons calme une saison 3 serait déjà en route !)

Saison 1

Épisode 1 : Une étude en rose

Épisode 2 : Le banquier aveugle

Épisode 3 Le grand jeu (Sherlock aurait-t-il trouvé son équivalent ?)

 

 


 
Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 23:35

new-radicals.jpg

 

 

Les années 90 ont été pour moi une traversée du désert musical,  il y avait certes quelques chansons, albums, ou artistes intéressant mais rien qui me faisait véritablement frémir. Voici un petit morceau, qui au milieu de cette aridité, a marqué mes oreilles en 1998. Le morceau est issu du seul album du groupe New radicals, un groupe éphémère mais pas l'artiste, puisque ce n'était pas son premier album et qu'il à stoppé, en pleine promo de cet album, sa carrière d'interprète pour se consacrer à la production et écriture pour d'autres artistes. Je vais de ce pas découvrir rétrospectivement leur album au titre improbable de  "maybe you've been brainwashed too" : (peut êtr equ l'on t'a lavé le cerveau aussi,  merci deezer. Je vais vais me erdre compte qi il est à la hauteur de leur excellent morceau "You get what you give", de la fraîcheur et de la pêche  dans une décennie musicale qui m'a ennuyé. E en bonus le deuxième single de l'album plus classique mais néanmoins sympa.

 

 


 

 


 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 00:04

Chronicle-OST.jpg

 

Chronicle est un de films que j'ai plus aimé ces derniers temps, j'en ai longuement parlé dans mon précédent article qui lui est consacré, mais ici je vais aborder la thématique de sa bande son. La musique tient une grande place dans ce film et elle participe aux différentes émotions que le film procure. Comme les héros du film sont des adolescents la musique est bien entendu dans l'air du temps, et en plus, en phase avec son esprit. Réalisateur et acteurs sont inconnus, le budget n'est pas énorme et on ne retrouvera donc pas le gros groupe de hard-rock ou hip-hop à la mode auquel on a traditionnellement droit, mais plusieurs groupes plus indés, electro et underground. Sur la liste je n'en connais que deux : Crystal castles avec lequel j'ai parfois du mal avec le «traitement vocal» de la chanteuse et M83 un groupe frenchy que j'ai présenté il y à peu et qui est mon groupe fétiche du moment.

Je me permet d'ailleurs de sortir de l'ordre de la tracklist le morceau de M83, This bright flash qui démarre tout tout doucement, planant et rêveur puis s'envole avec un veritable déferlement d'énergie, une explosion d'émotion retenue jusque là et s'achéve dramatiquement, le morceau ne dure que 2.24 min, mais est très intense et colle très bien au personnage d'Andrew et de ce qu'il vit dans le film

 

 

J'ai placé en lecteur deezer le morecaux que j'aime

Track list

1. Calypso (Clean) - Blonde Acid Cult

2. Tell You So - The LongCut

 

 

3. Gold and Warm - Bad Veins

4. Friends - Neighbors

5. Future - Eastern Block

6. The Shadest Forest - Deastro

7. Sweetbread (edit) - Simian Mobile Disco

8. Baptism - Crystal Castles

 Surement recalée à The voice, mais c'est ça qui est cool ! fuck the voice ! bon j'avoue que je n'écouteria pas en boucle par contre leur duo avec Robert Smith , j'adore....

 

 

9. Flashback - Capsule

10. Sirius - Congorock

11. Bury Us Alive – STRFKR (starfucker)

Scandaleusement absent de deezer grrrr

12. Keep You - Class Actress

Mon coup de coeur découverte sur cet bo, à approfondir

 

 

13. American Mourning – Bikini

 

14 . This Bright Flash – M83
voir plu haut

 

Il n'y a pas que ces musiques dans le film mais il s'agit de celles qui ont été officiellement mises dans l'album de la bande originale sans doute pour des questions de droits d'auteur.

David Bowie est loin d'être inconnu, mais il figure dans la bande originale. Ziggy stardust, marque la transformation d'Andrew, qui de victime devient un personnage révolté et très en colère : un prédateur ultime. Toute sa rancoeur, sa colére refoulée prennent le contrôle et il sombre du côté obscur de la force, une façon plus ou moins semblable par laquelle Anakin Skywalker sombre lui aussi. C'est assez surprenant la présence de cette chanson des années 70 parmi tous ces extraits de musique des années 2010 mais je pense qu'elle fort judicieusement utilisée, pour moi qui adore Bowie, l'accompagnement musical de de cette transformation est d'autant plus chargée en émotion dramatique. Ziggy Stardust est un des personnage créé par Bowie, il est censé être la personnification humaine d'une conscience extraterrestre qui fini par se s'autodétruire faut il y voir un message de la part du réalisateur.

 


 

 

Un moment d'insouciance légére, Matt qui conduit Andrew à une rave fredonne, entre deux grandes répliques philosophiques, une chanson qui passe  à la radio, Jessie-J "Price tag", qui est un un tube assez populaire

 

 


 
Partager cet article
Repost0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 23:49

Dans un précédent article j'ai rendu hommage à Moebius, grand artiste des arts de la bd, j'y consacre ici un spécial à ces interprétations de quelques personnages marvel et particulièrement le surfer d'argent auquel il contribua à la demande de Stan Lee à une mini série en 2 épisodes en 1988.

Apres le Surfer et Galactus on retrouvera :

Elektra

Iron man

Wolverine

Le punisseur

Daredevil

Spiderman

La chose

 

SURFER GALACTUS

Silversurfer#3

GALACTUS

moebius-silversurfer-parable-05

GALACTUS SURFER

ELEKTRA

IRON MAN

Moebius---Wolverine---Arkham-Comics-7-rue-Broca-75005-Paris.JPG

PUNISHER

Daredevil

Spider-Man

THE THING

Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 23:48

comics jean giraud moebius

 

Moebius alias Jean Giraud nous à quitté ce 10 mars 2012. Bien que n'étant pas un grand connaisseur de son oeuvre, je me dois de lui rendre hommage car c'est un grand artiste du monde de la bd et de la SF,  étant bd-phile et amateur de SF  je sais que son influence sur le genre de bd que j'aime est indéniable. Son influence à d'ailleurs dépassé le cadre de la bd car il à collaboré activement  ou  inspiré  des créations visuelles de films comme  Alien, Tron,  Abyss, le 5° élément. Il à contribué par ailleurs à la création du magazine Metal Hurlant que je lisais régulièrement dans ma jeunesse, et qui était assez révolutionnaire dans le paysage bd français plutôt réservé à un public enfantin. Moebius est par ailleurs un artiste reconnu et respecté à l'étranger ou il a inspiré de nombreux artistes du monde de la bd de la SF ou du  cinéma, notamment le grand monsieur Miaziaky. Pour ce dernier c'est la reconnaissance mutuelle de deux artistes qui on su mettre en image univers onirique d'une grande beauté, poésie et parfois même effrayant.

Je me tais maintenant car le meilleur hommage pour un artiste graphique c'est de présenter quelques unes de ses oeuvres. Marvelophile je commencerai par sa collaboration avec Stan Lee pour le surfer d'argent, et pour plus de personnages Marvel reinterprétés par Moebius j'ai fait un article spécial.

surfer moebius  insidemoebius

dct-giraud-and-mister-moebius-L-1

incal

incal-l -2

miaziya

Moebius06

moebius-08

moebius-Alien

moebius long tomorrow 02

moebsd14

hunter-copie-1

venise-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 00:09

  John-Carter-Affiche-IMAX

J'avais quelques appréhensions en allant voir John Carter au cinéma, du genre « encore un blockbuster Hollywoodien qui en fout plein la vue en 3d avec des personnages inintéressants et un scénario plein de défauts », et bien non, la surprise fut bonne. Nous avons eu droit à une fresque de science fiction/aventure épique, divertissante et bien foutue. Si je n'avais pas peur du lynchage par des fans assoifés de sang, j'oserai presque la comparaison avec des mythes comme starwars ou avatar. En tout cas, si je me souvient bien de l'impression que m'avais laissée Avatar j'ai pratiquement éprouvé plus de plaisir avec John Carter qu'avec le carton de Cameron, dont j'attendrai peut-être trop. Les personnages sont attachants, et même si il sont parfois un poil caricaturaux, ils ne m'ont pas crispé comme c'est souvent le cas dans ce genre de production, Thor et green lantern en étant les meilleurs (pires) exemples. Andrew Stanton réalisateur du trés touchant et beau Wall-E, a résussi dans sa première réalisation de film avec de vrais acteurs alors qu'il n'avait jusqu'à présent travaillé comme producteur ou auteur que sur des films d'animation

john-carter-international-poster-star-wars

Le scénario correspond, fidélité non vérifiable par mes soins, a l'adaptation du premier roman du cycle de John Carter de Edgar Rice Burroughs, qui date du début du XXe siècle, j'y reviendrai. Voici en quelques mots l'histoire, un soldat de la guerre de sécession, désabusé et aigri se retrouve « téléporté » sur la planète Mars, là il se retrouve pris au milieu d'une autre guerre civile et doit choisir son camp alors que sa seule préoccupation est de rentrer chez lui...(j'ai dis deux mots... le reste se trouve partout sur le net).

couverture livre

Romance, aventure, science-fiction, far-west-extraterrestre, néo-péplum, et humour non invasif composent ce film qui est reçu moyennement par le critiques profesionnels 3,1/5 sur allo ciné, mais leurs critiques sont basées sur des critères très techniques et souvent le résultt de posture qu'il sont obligé d'avoir vu qu c'est leur job. Ils lui reprochent en effets, trop d'éllipses, ou un trop plein de trop de choses (si, si, c'est possible ...)... moi je juge les films àl 'échelle du plaisir et de l'émotion , et sur ce film là j'ai agréablement décollé pour Mars. Afin d'avoir un panel plus large voici les notes obtenues au family- speed-kritiks : moi 8,5/10 ; Madame 9/10 ; Mamzelle A 6/10 ; Mamzelle L 7/10 soit 7,6/10 moyenne très honorable, surtout grace au 9 de mon épouse qui était encore plus dubitative avant de rentrer dans la salle, eut égard à l'affiche qui ne lui présageai qu'un gros film, succession de combats à la sauce choc des titans.

johncarter diapo

Il faut tout de même noter quelques point faibles, notamment la confusion dans laquelle j'ai été plongé pour comprendre quelles étaient les factions en présence, car si je vois clair entre sudistes et nordistes, je ne suis pas assez calé en histoire martienne et j'ai au du mal à saisir cet élément assez indispensable à la compréhension du film. Autre petit détail qui ma gêné c'est la rapidité avec laquelle John et les Tars Tarkas (tribu primitive semblable à des indiens) arrivent à maitriser les engins volants. Pour ce qui est décors effets spéciaux, rien à dire, les paysages, cités et vaisseaux volants sont particulièrement réussis et beaux malgré l'aridité du désert martien. Mention spéciale pour la tribu des Tars Tarkas, géants verts (sans maïs) à quatre bras ayant une culture mix d'indien et de vikings, tout d'abord ils sont visuellement très bien réussis et par ailleurs leur personnalité et leur culture est pour moi l'un des attraits principal du film, il concurrencent largement les presque ennuyeux avatariens.

John-Carter-Lynn-Collins-Dejah-Thoris

Après toutes ces considérations personnelles abordons deux thèmes liés au film, l'œuvre originale et le steampunk. Tout le monde connait Tarzan, mais en France très peu savent que son auteur, Edgar Rice Burroughs, est un écrivain de science fiction qui a créé une saga très connue chez nos amis les anglos-saxons : John Carter et le cycle de mars. On peut aussi citer Pellucidar et la saga de la terre creuse. Toutes ce aventures furent écrites dans la premiere partie du XXe siecle, Princess of mars dont le fim s'inspire fut créé en 1912, un an plus tard naissait le père de Georges Lucas, 8 plus tard Franck Herbert (créateur de Dune), c'est dire si dans le genre saga SF à succés Burroughs était précurseur. Burroughs, américain né en 1875, à connu le succès grâce aux pulps ces magazines populaires qui présentaient des récits de sf et d'aventures, ceux par lesquels H. P. «god of cosmic terror » Lovecraft connaitra aussi un succès posthume. Ce n'est certes pas de la SF intellectuelle, mais plutôt des récits d'aventures héroïques se situant dans des mondes exotiques pour le lectorat que ce soit Mars, le centre de la terre ou les jungles africaines. Je ne vais pas en dire plus sur l'écrivain vu que je n'ai lu aucun de ses ouvrages, mais visiblement talent et imagination devaient être au rendez vous vu que ses œuvres et créations sont passées à la postérité contrairement à d'autres très nombreuses publications pulp de l'époque.

 

egar-rice-burroughs-

Abordons maintenant l'aspect steampunk du film ou du récit, il en est ou il n'en est pas ? J'apporterai simplement quelques élements de réponses. Tout d'abord vu que le roman à été écrit bien avant l'invention du steampunk ce n'en ai donc pas, par contre comme les récits de Jules Verne ou HG Wells il s'inscrit à mon avis parmi les œuvres inspiratrices de ce style. Une des créations steampunk ayant da façon tres notable ayant été inspirée parl'univers de ce roman est le jeu de rôle steampunk "space 1889" et plus particulirement le jeu de bataille de vaisseaux volants « sky galleons of mars ». Ce dernier consistai en des affrontements stratégiques, de vaisseaux volants appartenant à plusieurs pays européens de l'époque victorienne dans le ciel martien, Mars étant devenu le nouveau territoire à conquérir pour ces empires coloniaux d'avant 14-18. Moment nostalgie : je n'ai jamais joué ni au jeu de rôle ni au jeu de vaisseaux mais j'avais découvert ce jeu dans le pages de Casus-belli et White-dwarf (magazines conscrés aux jeux de role) je pense que les quelques images et presentations de ce jeu ont participer à mon goût pour le steampunk . Dans le film on assiste à quelques bataille épiques de vaisseaux volants dans le ciel martien et j'ai inévitablement pensé très fort à ce jeu et à cet univers qui trainait dans mon imaginaire inconscient depuis les années 80. L'apparence des vaisseaux fait de bois, cuivre, toiles, et autres matières plus mystérieuses est résolument steampunk et très bien réalisés. Les vaisseaux individuel m'ont fait penser à une version steampunk des motojet (speedbike) des forces de l'empire de starwars. En définitive je dirai donc une source originelle (le roman) inspiratrice du steampunk et une adaptation cinématographique en utilisant l'esthétisme.

sky galleons

A suivre pour la suite du cycle

 

 


 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de CAGLIOSTRO
  • : Je souhaite partager mes lectures, la musique que j'aime et les films qui m'ont plus.
  • Contact

qui est là ?

bloggeurs de tous pays