Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 01:25

RING 0 (Ringu 0 : bâdusei)
2000 – Norio Nutsuna – terreur japonnaise
Moi 4,5/10 (imdb 6,1/10)
Préquelle de Ring, la jeunesse de la jeune fille à l'origine de la malédiction
Autant Ring m'avais fait frissonner et stresser à mort, autant cette prequelle m'a laissé de marbre, de plus jai eu l'impression d'avor raté ring -1. L'interet du film réside dans son étrangeté japonnaise.

LE ENFANTS DE TIMBELBACH
2008 – Nicolas Bary – film familial
Moi 6,5/10 + Madame 7/10 + Mamzelle A  7,5/10 + Mamzelle L 7,5/10 moyenne 7,1/10 (imdb 5,7/10)
déjà vu une fois
Dans un village imaginaire les adlutes pour punir les agissements irrespectueux de leur bambins dacide de les mettre à l'eprueve en les laissant seuls.
C'est surtout l'ambiance et l'imagerie légérement suréaliste qui donne à ce film son petit plus. Ils s'agit d'une sympathique comédie familiale. Mauvais point cependant on à le droit à la présence incontournable dans 1 film sur 5 français de Gérad 2par2.

LA GRANDE VADROUILLE
1966 – Gerard Oury – comique
Moi 8/10 + Madame 8/10 + Mamzelle A  7,5/10 + Mamzelle L 7,5/10 moyenne 7,7/10 (imdb 7,9/10)
déjà vu plusieurs fois
2 français, un aristo et un populo aide des aviateurs anglais à quitter la France occupée.
De funes + Bourvil = grands éclats de rire transgénérationnels. De Funes plaisait à nos parents, nous plait et plait à nos filles , bel reconnaissance pour un superbe acteur mis en scene dans un film intemporel.
Réplique culte « comment ça merde alors, but alors you are french ! »

LA ZIZANIE
1978 – Claude Zidi - comique
Moi 7,5/10 + Mamzelle L 7,5/10 moyenne 7,5/10 (imdb 6,1/10)
déjà vu plusieurs fois
Un industriel instale son usine dans sa propres maison au grand dam de sa femme
Le couple De funes/ Girardot fonctionne à meveille, et apres plusieurs visionnages je ris de bon coeur.
Réplique culte « mon programme en 3 points : 1° le plein emploi, 2° le plein emploi, 3° le plein emploi ».

HOLLYWOO
2011 – Frederic Berthe – comique
Moi 5/10 + Madame 7/10 + Mamzelle A  8/10 + Mamzelle L 8/10 moyenne 7/10 (imdb 4,9/10)
Sortie Ciné
Une doubleuse de film part à Hollywood convaincre un star de repndre son rôle dan la série qu'elle double
Succession de gags des 2 comiques que j'aime bien pour leur cabotinage, mais la malgré l'embiance grand spectacle hollywoodien, ça ne prends pas trop. Par contre top succés avec celles qui m'ont accompagné

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 00:06

REAL TO REAL CACOPHONY
real-to-real.jpg
Toujours en 1979, les Minds sortent leur deuxième album, "real to real cacophony", plus inspiré, plus créatif et original. Ils expérimentent de nouveaux sons, et les nouvelles possibilités liées au développement des synthétiseurs.
L’ambiance est plus sombre, plus intimiste. La voix de Kerr devient moins impersonnelle et il commence à trouver sa signature vocale. Je pense que l’on peut sentir les  influences des groupes électroniques comme Kraftwerk, ou  Gary Numan qui cartonne à l’époque et ouvre la voie à ce que l’on va appeler la new-wave. Commercialement l’album ne fonctionna pas, pas plus que le single extrait "changelling", mais il recueille et certain  succès d’estime. Il est clair que cet album est beaucoup trop expérimental et à sous doute eu du mal à trouver son public, entre les anciens orthodoxes du rock progressif qui ont du les juger trop jeunes et imberbes et les jeunes qui grignotent encore les restes du punk et de la disco. Le morceau Veldt est d’ailleurs la quintessence de l’expérimental, et c’est d’ailleurs incroyable qu'a l’époque ou la place sur les vinyls était limitée, un groupe ose ce genre de chose. En tout cas on est encore loin du "don’t you" qui restera malheureusement le morceau le plus connu du grand public.

changeling.jpg
Pour commencer je vous propose "Factory" qui laisse déjà entrevoir ce que le groupe pourra apporter dans le futur un son mélant instruments tradtionnels et synthétiseurs, un rock électrique et épique.
Le deuxiéme extrait, le single "Changelling" s’inscrit lui aussi dans la même veine.
"Real to real" est vraiment expérimental et novateur pour l’époque et je pense le plus inspiré par l’univers synthétique et electrique de Kraftwerk.
"Premonition" est d’un style plus rock traditionnel, avec une superbe ligne de basse  qui prouve que le groupe peut faire le grand écart entre des morecaux lent et profonds comme "real to real" et des morceaux énergiques et fougueux.
"Calling your name" lui reste tres marqué seventies, il aurait à mon avis pu figurer sur l’album précédent .
premonition.jpg
1.Real To Real - 2:47
2.Naked Eye - 2:21
3.Citizen (Dance Of Youth) - 2:53
4.Carnival (Shelter In A Suitcase) - 2:49
5.Factory - 4:13
6.Cacophony - 1:40
7.Veldt - 3:20
8.Premonition - 5:29
9.Changeling - 4:11
10.Film Theme - 2:27
11.Calling Your Name - 5:05
12.Scar - 3:31

Production : John Leckie
Jim Kerr - Voix
Charlie Burchill - Guitares, Saxophone, Violon
Michael MacNeil - Claviers
Derek Forbes - Basse
Brian McGee - Batterie

 

 


 

 

 


 

 


 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 00:56

revoltes de l'an 2000

 

Voilà un exemple flagrant de la crétinerie appliqué à la traduction des titres de certains films étrangers. "Les révoltés de l'an 2000", film qui date de 1976 avait pour titre original « quien puede matar a un nino ? » qui se traduit par « qui peut tuer un enfant ? » une phrase prononcée par un des protagoniste du film. Dans ce film, il n'y a  ni révoltés, ni an 2000, bon enfin si on tire par les cheveux on peu dire qu'il y à des révoltés mais pas dans le sens le sens classique du terme. Avec un titre pareil on s'attend à des gens se révoltant contre un système politique  et des affrontements contre des forces oppressives dans un film d'anticipation, car en 1976, l'an 2000 c'était de la science fiction. A la limite, le film aurait pu s'intituler «  l'île aux enfants, c'est le pays joyeux des enfants heureux ..... » émission qui faisait mon bonheur télévisuel à cette époque,mais là ce serai du troisième degré....Bon passons sur cette anecdote pour aller au fond du sujet, le film de Narciso Ibanez Serrador.

quien-puede-matar-a-un-nino.jpg

Encore un film espagnol, décidément ! C'est marrant ce film sorti en 1976 se déroule, a 2 ans prés, l'année de l'action de l'excellent film "Balada triste". Ce film est un peu un FBNI (film bizarre non identifié), son ambiance et son sujet sont en effet assez étranges. J'ai tout d'abord été surpris par l'introduction , plus ou moins 10 minutes d'extraits de documentaires historiques sur les camps de concentration , la guerre de Corée , du Vietnam, famine et guerre au Biafra etc.... De scènes assez épouvantes puisqu'il s'agit d'images montrant des enfants victimes de guerres et de la barbarie humaine. Enfants victimes des expériences nazis, du napalm américain au Vietnam etc... la musique,  une petite mélodie enfantine, les commentaires du narrateur et l'affichage du nombre d'enfants morts contribuent à un instaurer un certain malaise, et d'un coup paf... on attaque le film. Pour ne pas gâcher l'effet je n'en dirai pas plus.
quine-puede-matar-a-un-nino.jpg
Le film se déroule donc en Espagne et les  deux principaux protagonistes, un couple d'étrangers dont le femme est enceinte se rendent en vacances sur une petite ile en Méditerranée, Almanzora. Avec l'ile de Hierro on peut voir deux visions d'iles espagnole très éloignées du cliché d'Ibiza et beaucoup moins accueillantes pour le touriste de base. Sur cette ile, plus de trace d'aucun adulte, ni de Casimir, mais des enfants au comportement pour le moins bizarre.
Le film est un étrange mélange de suspens Hitchkokien semblable au film les oiseaux, auquel le film fait de très gros clins d'œils et doit fortement s'en inspirer. On remplacera juste les adorables volatiles par de non moins adorables enfants. J'ai aussi pensé à la nuit des morts vivants de Romero par des côtés assez dérageants et troublants. Dans ces trois films des personnages essaient d'échapper à ce qui d'ordinaire est en principe tout à fait inoffensif (quoi que...) : des oiseaux, des cadavres et des enfants. L'aspect provoquant et le thème original sont malheureusement contrebalancés par une mise en scène parfois un peu amateuresque mais cela passe quand même tres bien.

Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Scream tant le gars ne suit pas les conseils qui y sont prodigué pour survivre dans un slasher movie. Il s'agit d'ailleurs d'un gars assez crétin et qui ne m'a attiré aucune sympathie, à qui on a envie de dire « casse toi pov con » à plusieurs moment du film. D'ailleurs à qui viendrai t-il à l'idée de faire une balade en barque de 4 heures avec une femme enceinte, blonde de surcroît, en plein cagnard espagnol sans chapeau, ombrelle et rien à boire...... ok ….. à un anglais.   
ile
Le film créée une certaine tension, et propose quelques séquences chocs, ici en effet pas d'alien a la grande mâchoire, pas de cadavre en putréfaction, ou de malades mentaux armés de tronçonneuses, juste ce que nous, en principe,  aimons le plus au monde nos enfants ! Et c'est la que le parallèle peut se faire avec l'introduction, et que l'on  maudit le traducteur français, Qui peut tuer un enfant ?  le film métaphormorise (ça existe ce mot ?) la réponse. Dans la réalité comme le montre le documentaire la réponse est : beaucoup de monde. Guerre, famine, pauvreté, délinquants sexuels, exploitation etc... directement ou indirectement beaucoup d'enfants sont de faciles victimes pour les errements de notre soit-disant monde civilisé, rassurez vous je ne vais pas chanter la chanson d'Enrico Macias pour finir (faut pas exagérer tout de même ! ).

isle-of-the-damned.jpg
En résumé un film plutôt série Z mais assez étrange et bien foutu pour mériter votre curiosité. Par ailleurs le sujet de ce film est assez prophétique puisqu'il annonce, pour le coup une vraie révolution des enfants de l'après franquisme : la Movida. Certes cette révolution n'a pas fait de morts (à part quelques overdoses) , mais pour les conservateurs et l'ancien ordre moral ça a du faire la même effet que dans le film, tous ces jeunes qui bousculent les tabous religieux, culturels et sexuels, ils ont du les prendre pour des monstres déviants sortis de leurs propres entrailles.  Un autre film espagnol "Cria cuervos" de Carlos Saura sorti aussi en 1976, dont la musique "porque te vas" est resté dans nos mémoire, mettait aussi en scène des enfants dont la petite Ana qui à perdu ses parents et refuse de grandir. "Cria cuervos", vient de l'expression "cria cuervos que tes sacaran los ojos", qui signifie, "élève des corbeau e ils t'arracherons les yeux", métaphore pour rendre compte de l'ingratitude des enfants vis à vis de leur parents.  Etonnifiant non !
J'ai découvert ce film grâce à la caverne des introuvables et vous pouvez vous aussi le voir en le téléchargeant ici.

 

 


 
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 23:12

SIMPLE MINDS DISCOGRAPHIE

LIFE-IN-A-DAY-ALBUM.jpg

 

L’histoire de Simple minds débute en 1977 à Glasgow c’est la rencontre de plusieurs jeunes musiciens, potes d’école qui fondent le groupe punk, Johnny & The Self-Abusers. Ce groupe ne durera pas longtemps et se sépare alors que sort leur 1° single.  Deux des membres Jim Kerr et le Charlie Burchill créent le groupe Simple Minds, l’histoire débute donc vraiment en 1978, soit il y à 33 ans … .

Leur premier album LIFE IN A DAY sort en 1979,  ils acquièrent une petite notoriété sans toute fois exploser le compteur. Cet album reste assez traditionnel et classique avec riffs de guitare, et configuration basse/batterie, le synthé (en fait plus un son d’orgue) n’intervient qu’en accompagnement. Le style varie entre pop/rock et post-punk.

Mon choix d’extraits se porte sur Chelsea girl leur deuxième single et  Life in a day leur premier single, mes morceaux préférés . Je peux aussi proposer Pleasantly disturbed qui offre une ambiance originale et planante avec l’accompagnement au violon de Charlie Burchill qui me fait un peu penser à du Pink Floyd et laisse entrevoir le style épique que pourra avoir simpleminds dans le futur. All for you bien que très classique s’élève un peu et laisse entrevoir la créativité que le groupe pourra amener dans ses prochaines créations. Le montage fan-clip  de destiny permet de découvrir les minds dans leur apparenec de l’époque.

Le reste de l’album ne trouve pas beaucoup de grâce à mes oreilles, c’est de la musique rock classique  comme des millions de groupes pouvaient produire à l’époque, d’après ce que j’ai lu le groupe n’était pas entièrement heureux du résultat de cet album heureusement, car cela va leur permettre d’évoluer vers quelque chose de plus original….

 

CHELSEA-GIRL.jpg

Simple-Minds-Life-In-A-Day---SINGLE.jpg

  • 1.Someone - 3:43
  • 2.Life In A Day - 4:06
  • 3.Sad Affair - 2:46
  • 4.All For You - 2:51
  • 5.Pleasantly Disturbed - 7:59
  • 6.No Cure - 3:35
  • 7.Chelsea Girl - 4:35
  • 8.Wasteland - 3:46
  • 9.Destiny - 3:39
  • 10.Murder Story - 6:18

Production : John Leckie

  • Jim Kerr - Voix
  • Charlie Burchill - Guitares, Saxophone, Violon
  • Michael MacNeil - Claviers
  • Derek Forbes - Basse
  • Brian McGee - batterie

 


 

 


 

 


 

 


 

 


 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 23:47

best.jpg

 

La date du concert des simple minds approche, le 27/2/2012 au Casino de Paris. Il va donc falloir que je me depeche (mode ) si je veux faire un countdown avec les 17 albums studio du groupe (+ le solo de Jim Kerr et le live). J’avais déjà fait cette opération pour Duran Duran, mais cela ne m’a pas porté chance le concert ayant été annulé suite à un problème des cordes vocales du chanteur, espérons que sur ce coup Jim Kerr ne nous fasse pas faux bond et espérons que l’ingénieur du son soit meilleur que celui du Bataclan ou je les ai vu la dernière fois.

Voici donc la discographie que je vais tenter de chroniquer en mode express 
cliquez sur l'album pour aller sur sa chronique

•    1979 Life in a Day.
•    1979 Real to Real Cacophony
•    1980 Empires and Dance
•    1981 Sons and Fascination
•    1981 Sister Feelings Call
•    1982 New Gold Dream (81,82,83,84) >>>>> mon préféré
•    1983 Sparkle in the Rain
        1985 Gros succès mondial avec Don’t you
•    1985 Once Upon a Time
1987 Live in the City of Light
•    1989 Street Fighting Years
•    1991 Real Life
•    1995 Good News from the Next World
•    1998 Néapolis
•    1999 Our Secrets Are The Same
•    2001 Neon Lights (album de reprises)
•    2002 Cry
•    2005 Black & White 050505
•    2009 Graffiti Soul
    2010 Lostboy! AKA Jim Kerr (album solo)

Le concept de la tournée 5x5 c’est d’interpréter 5 morceaux de leurs 5 premiers albums, 2h30 de concert et un beau cadeau pour les fans de la première heure. Au jour où j’écris cet  article le concert est sold out.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 00:55

BALADA TRISTE (balada triste de trompeta)
2007 – Alex de la iglesia – melting-pot de différents genres
Moi 8,5/10 (imdb 6,5/10)
- L'affrontement pour une femme, de deux clowns psychopates dans l'Espagne des année 70
- Article complet ici

LA PLANETE DE SINGES – ORIGINES  (Rise of the Planet of the Apes)
2011 - Rupert Wyatt - Anticipation
Moi 7/10 + Madame 7/10 + Mamzelle A  6/10 + Mamzelle L 6,5/10 moyenne 6,6/10 (imdb 7,7/10)
- Le premier singe ayant mené la révolte qui transformera la terre en la pelente des singes
- A part le fait que je me suis demandé d'ou sortait tous ces singes lorsqu'ils traversent la ville, un bon film d'action familial

L'INCROYABLE HULK (the incredible hulk)
2008 – Louis Letellier – film de super-héros
Moi 7/10 (imdb 7/10)
déjà vu une fois
- Suite à un accident, n savant se transforme en grosse bête verte et tres forte des qu'il s'énerve
- Honnête film d'action super-héroique. J'ai bien aimé les clins d'œil le passage avec le pantalon mauve, le leader (gros cerveau, pour ceux qui connaissent), par contre le fait que

JOHN RABE (John Rabe)
2009 - Florian Gallenberger – biopic/historique
moi 6/10 (imdb 7,2/10)
- Un Schindler protégeant des chinois contre les exactions japonaises
- J'attendais plus de ce film, qui aborde crument les terribles exactions de japonais en chine qui n'avaient rien à envier à celles des nazis et paradoxalement c'est un nazi (pas très militant) qui sauve des chinois

X-MEN LE COMMENCEMENT (Xmen first class)
2011 – Matthew Vaughn – film de super-héros
déjà vu une fois
moi 8/10 + Mamzelle A 7/10 + Mamzelle L 6,5/10 moyenne 7,2/10 (imdb 7,9/10)
- Xavier et Magneto  unis créent les xmen pour combattre le club de damnés
- article complet ici

LE DIABLE S'HABILLE EN PRADA (The Devil Wears Prada)
2006 – David Frankel – Comédie de mœurs
moi 5,5/10 + madame 9/10 + Mamzelle A 6/10 +Mamzelle L 7/10 moyenne 6,8/10 (imdb 6,7/10)
- une jeune fille confronté au « dur » monde de la presse de mode et d'une patronne tyrannique
- sympa avec de bons moments mais trop prévisible et trop politiquement correct avec happy end couru d'avance

HIVER 1945  (die flucht)
2007 - Kai Wessel – téléfilm historique
moi 7/10 (imdb 6,8/10)
    - La fuite des allemands devant l'avancée des russes durant la seconde guerre mondiale
    - Bien qu'il ne s'agisse que d'un telefilm, je l'ai trouvé d'excellent qualité et il traite d'un     sujet original et délicat la débâcle des population civiles  allemandes devant l'avancée     soviétique

LES MERCENAIRES DE L'ESPACE (battle beyond the stars)
1980 - Jimmy T. Murakami – space opera
moi 6/10 (imdb 5,1/10)
déjà vu une fois
    -  version Hammer et space opera des 7 mercenaires
    - article complet ici

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 23:14

 

austra_410879246_north_554x.jpg

J’ai craqué pour Austra, un groupe découvert récemment, notamment grâce aux articles très intéressants de mon ami blogueur espagnol el gatokilo. J’ai déjà brièvement parlé d’eux dans un article précèdent « mes coups de cœurs », mais ils méritent vraiment un article à part entière.

Austra_col_11-1024x682.jpg
Austra est un groupe canadien originaire de Toronto, courant 2011 ils ont sorti leur premier album Feel it Break. Il s’agit d’un trio electropop composé de Katie Stelmanis au chant, Maya Postepski aux percussions et de Dorian Wolf bassiste.
Katie, la chanteuse a débuté dans la musique très jeune dans une configuration classique et opéra, cela s'entend et cest ce qui donne à Austra son cachet et son originalité.

austra.jpg

On peut dire sans équivoque qu'Austra, comme de très nombreux jeunes groupes :  Ladytron , The chromatics, The golden filter etc… a de fortes influences new-wve, mais apporte une nouvelle fraicheur et jeunesse à ce genre souvent décrié par les ayatollahs du dogme rockn'rollien. Japan, Visage, Depeche mode ou Omd bénéficient de dignes héritiers. Pour ce qui est dAustra, la belle et envoutante voix de la chanteuse y est pour beaucoup. La signature vocale de Katie est aussi marquée que celle de Kate Bush ou Lene Lovich et sa formation classique lui permet des variations et des vocalises que l’on ne retrouve pas souvent dans ces nouveaux groupes dont les chanteuses possédent des voix légères et aériennes mais souvent assez linéaires.

austra_wrongbar_stephaniecloutier.jpg

Une majorité de gens dénigrent joyeusement la musique électronique, et mélangent tecno, new-wave ou tout autre utilisation du synthé dans un groupe pop-rock. Pour beaucoup le synthé est linstrument du diable, froid, artificiel et technologique par opposition à la guitare, batterie ou autres instruments plus classique. Pour ma part je considère bien au contraire que les synthétiseurs apportent toute une infinité de sentiments ou émotions que les intruments traditionnels ne peuvent transcrire. Chacun sa sensibilité, mais je vois parfois les anti-synthé primaires comme les accros du clavecin qui ont vu débarquer le piano, les afficionados de la guitare séche qui considérent une guitare electrique comme un objet de torture pour les oreilles ou les gardiens de la peinture académique qui se moquaient des impressionnistes. Je dévie, je dévie et pour en revenir à Austra, leur son synthétique auquel est associé batterie et basse, enrobé de la voix de Katie et de touches de piano classique, fait vibrer ma sensibilité musicale. Leur album Feel it break posséde une couleur très mélancolique légèrement gothique qui emmène dans des contrées de rêves aux frontières de la féérie et de la fantasmagorie.

austra-group-low-1bisfuj.jpg

 

tracklist

01. Darken Her Horse
02. Lose It
03. The Future
04. Beat and the Pulse
05. Spellwork
06. The Choke
07. Hate Crime
08. The Villain
09. Shoot The Water
10. The Noise
11. The Beast


Mon morceau préféré (je l'écoute plusieurs fois par jour) est sans aucun doute Lose it. C’est, il me semble, le morceau le moins sombre le plus gai de l’album et sur lequell Katie se livre à de belles vocalises qui me rappellent dans un style différent la performance de Lene Lovich sur Bird song.

The Villain est mon second morceau préféré, il associe un son très puissant de synthétiseur, de basse et une rythmique entrainante dans un ambiance que je qualifierai de romantico-héroïque.

The future débute sur une ritournelle entêtante au piano classique et bénéficie d'une ambiance aérienne et mélancolique grâce à la voix de Katie.

Suivent,Spellwork que je qualifierai le plus de new-wave vintage et Beat the pulse, ce dernier étant le 2° single extrait de l'album. Je n'oublie pas non plus Darken her horse qui ouvre l 'album et qui est sans doute le morceau le plus joliment ténébreux du lot. Nouvel article consacré à ce morceau et à son clip

En définitive aucun morceau n'est à jeter et contribue à construire un univers musical très particulier.

Seul 2 morceaux ont donné lieu à mise en clip pour le reste je vous propose directement des écoutes deezer.

 

AUSTRA sera en concert le 12 juin au trabendo

 


 

 


 
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 00:25

 

balada-triste-trompeta.jpg

J'ai déjà dis dans un précédent article tout le bien que je pensai d'un certain cinéma espagnol que je trouve plus inventif et moins complexé que le cinéma français et moins soumis aux exigences commerciales et du politiquement correct que les productions hollywoodiennes. Bref dans certains cas le cinéma idéal, et cela ne se dément pas avec le dernier film que je viens de voir, qui se hisse au panthéon des films que j'ai le plus aimé ces derniers temps, « Balada triste », d'Alex de la Iglesia. Un réalisateur dont j'avais vu il y à quelques années « le jour de la bête », un film dans lequel un prêtre, un fan de death metal, et le présentateur tv d'un programme sur les sciences occultes s'unissent pour éviter l'arrivée sur terre de l'antéchrist, tout cela au second voir troisième degré.

le_jour_de_la_bete_el_dia_de_la_bestia_1996.jpg

Balada Triste, est un film déjanté mais qui malgré un rythme éffréné de rebondissements et d'actions plus folles les unes que les autres tient le cap de son sujet. Avec Balada Triste je ne peux que constater que beaucoup de films espagnols abordent une thématique commune : la folie. En effet j'ai déjà parlé de « Hierro » et « les yeux de Julia» où les héroïnes se situent à la frontière entre le réel, le surnaturel et la folie. Mais on retrouve aussi cette thématique dans « Les autres » et « Abre los ojos » (« Vanila sky » en remake Hollywoodien) d'Alejandro Amenabar et dans la plupart des films d'Almodovar où beaucoup de personnages principaux doivent tous avoir un abonnement à vie chez le psy pour névroses, schizophrénies etc... que locos estan ! Pensons aussi qu'un des plus connu héros de la culture populaire espagnole, Don Quichotte était fou, pensons à Dali, à Picasso, aux œuvres folles de l'architecte Gaudi. Je pense que les espagnols ont un talent inné pour sublimer dans leurs œuvres la folie dans son aspect le plus créatif. Dans tous les cas cette thématique de la folie traitée sous différents angles l'est avec imagination et inventivité.

Dans le cas présent, nous avons à faire à deux clowns fous et pas qu'un peu. Tout commence pendant la guerre d'Espagne par une scène surréaliste et outrancièrement violente voire dérangeante. Des républicains, recrutent de force une troupe de cirque en plein milieu de leur spectacle pour lutter contre les troupes franquistes qui les menacent. Comme ils manquent de fusils, le clown de la troupe, alors en tutu rose et perruque blonde se voit armé d'une machette, s'ensuit alors une des scènes les plus hallucinantes du cinéma de guerre ou les scènes de combat de 300 semblent extraites de la guerre des boutons. Le dit clown se taille, un passage à coup de machette au milieu des troupes franquistes. La scène est violente, totalement absurde et surréaliste, mais qu'était donc la guerre d'Espagne sinon une guerre violente, absurde et traumatisante, déchirant un pays, déchirant les familles, déchirant les valeurs de fraternité ! L'ennemi ne venait pas d'ailleurs l'ennemi était à l'intérieur.

Balada_Triste_de_Trompeta_Santiago_Segura.jpg

Ce n'est là qu'une partie de l'introduction du film, le reste du récit se déroulant dans les années 70. Alors que le Franquisme s'essouffle on retrouve le fils du clown à la machette, devenu clown lui même et engagé dans une troupe de cirque commandée par un clown tyrannique, alcoolique et violent. Ce dernier entretien une relation avec la belle acrobate du cirque qu'il tabasse et maltraite sans retenue. Bien évidement le gentil clown tombe amoureux de la belle acrobate et alors s'ensuit une spirale dans la folie et la violence qui verra s'affronter jusqu'à la mort les deux clowns dans des combats tous plus fous les uns que les autres. Cela m'a fait penser à mon film favori de tous les temps, « Les duellistes », ou deux soldats de Napoléon s'affrontent durant des années pour une raison que même eux ont oublié. On peu aussi penser aux affrontements de Batman et du déjanté Joker, mais avec un Batman aussi barré que son pire ennemi.

balada-triste14.jpg

Le film m'a aussi fait penser au dérangeant « Freaks », vieux film de 1934, dans lequel une histoire d'amour au sein d'un cirque entre un lilliputien et une trapéziste tourne très mal. En fait Balada triste c'est un croisement entre du Tarantino, du Almodovar et du Snyder avec quelque chose en plus. Le film arrive en effet à imbriquer la trame de l'histoire personnelle des 3 protagonistes principaux avec une trame historique : la guerre d'Espagne, la construction du monument valle de los caidos, une rencontre avec Franco, et l'attentat contre le premier ministre. J'ai rarement vu un film aussi multiforme qui arrive à agréger intelligement autant de composantes : action, comédie, drame, historique, romance, satire sociale et politique, gore, guerre, humour noir, survival movie etc.... On peut aussi y voir voir une allégorie de la guerre d'Espagne avec clown/franquiste contre clown/républicain se battant pour conquérir le belle acrobate/l'Espagne.

balada-triste-1034.jpg

Il est clair qu'étant moi-même d'origine espagnole ce film me touche sans doute plus qu'il ne touchera un public étranger, mais je pense que cette dure épreuve espagnole est suffisamment inscrite dans l'inconscient collectif comme le tableau de Guernica, ou les récit de Hemingway pour être assimilée.Ce film ne laisse, d'après ce que j'ai vu ni les critiques pro, ni les amateurs indifférents : chef d'œuvre ou pur nimportnaoik, pour ma part je me range parmi les premiers. Je n'attache pas beaucoup d'importance au prix remporté par le films, mais à titre indicatif je dirai juste qu'il a remporté un lion d'argent à la Mostra de Venise en 2010. Ne passez pas à côté de ce film !

Mausole-de-Franco.jpg

Pour mieux comprendre un des aspect de ce film il faut néanmoins savoir ce qu'est le monument aux morts, Valle de los caidos, qui joue un rôle central dan ce film, voici donc l'article de wikipedia.

 

 


 
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 23:17

 

steampunk-christmas.jpg

 

Je vous souhaite à toutes et à tous un joyeux Noël 2011, et que vous receviez toutes ces choses qui n'ont pas de prix mais beaucoup de valeur.

 

Un petit clip de Frankie goes to Hollywood , the power of love, ma chanson de Noël favorite, extraite de mon top 10 des chansons de noël.

 

 


 
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 22:05

croquis-manege.jpg

  tumblr_lm4aek2oSr1qhdnkj.jpg

Le manège du Carré Sénart est de retour à Sénart après une petite virée dans plusieurs villes d'Europe. Il restera sur son lieu d'origine jusqu'au 31 décembre. Pourquoi je parle d'un manège dans ce blog ? parce que je suis sénartais, parce que j'aime le steampunk, et parce que ce manège n'est pas comme les autres. Steampunk ? vous avez dit steampunk ? tiens comme c'est bizarre. Et en effet ce manège est bizarre, loin des manèges classiques aux chevaux de bois ou de ceux avec des aéronefs miniatures, il est composé de créatures animalières mécaniques sorties tout droit d'un esprit à l'imagination fertile.

manege carré sénart

Je m'autorise à dire qu'il a quelque chose de steampunk, et dans sa conception, et dans son imagerie. Les steampunkers ou vaporistes (en français) sont de plusieurs natures : les contemplatifs, comme moi, et les actifs :  les bricoleurs, artistes, cosplayeurs etc.... Les bricoleurs ou artistes détournent ou  inventent des objets pour leur donner un air rétro-futuriste et mécanique inspiré de l'univers de Jules Verne ou H G Wells (pour faire très court). Un exemple grandeur nature de ces activistes est le collectif La machine, qui ont entre autre réalisé les spectaculaires animaux géants et articulés de L'ile de Nantes, ville de naissance de jules Verne, justement. On peut notamment y trouver un éléphant mécanique géant qui se déplace, inspiré par celui de "La maison à vapeur" du dit auteur, et dont la notoriété à traversé les océans puisqu'il figure en bonne place dans la bible steampunk de Jeff VandeMeer et Selena J. Chambers . elephant_dehors1.jpg

 

Mais tout ça c'est à Nantes et moi je suis à Sénart, ici nous avons le manège et ce n'est déjà pas si mal. Voici un extrait descriptif issu du site du manège «cette machine extraordinaire aux dimensions hors normes (18 mètres de large, 300 mètres carrés de superficie, un point culminant à 14 mètres de hauteur et un poids de 40 tonnes !) prend toute sa dimension en mouvement. À bord de ce manège – carré, et non rond ! - les passagers (49 au maximum) peuvent choisir de chevaucher un animal parmi les trois buffles géants, les quatre insectes grimpeurs, les dix insectes sur rail, les trois têtes de poissons et quelques autres facéties poétiques et rêveuses… En outre, ils peuvent jouer, le temps d’un tour, aux marionnettistes en se retrouvant aux commandes de ces bêtes fantastiques et en actionnant des manettes. »

 

carresenart-4677.jpg

Bestiaire-et-char-manege-carre-de-Senart.jpg

Le-Manege-Carre-Senart-concu-par-Francois-Delaroziere-besti.jpg

manege_carre_senart.jpg

manege-carre-senart.JPG

manege-carre-senart-2.JPG

manege-carre-senart3.JPGmanege-carre-senart4.JPG

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de CAGLIOSTRO
  • : Je souhaite partager mes lectures, la musique que j'aime et les films qui m'ont plus.
  • Contact

qui est là ?

bloggeurs de tous pays