Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 23:22

La STEAM ROCKET dont j'ai parlé dans un précédent article, a lancé une opération de crowdfudding pour permettre au groupe américain de steampunk ABNEY PARK de venir faire un concert sur Paris le 26/04/2014

Je partage donc ici le lien pour accéder à cette opération de financement populaire car si il fallait attendre aprés les banques...

Urgent, plus que 12 jours à compter d'aujourd'hui

Mais qu'est ce que le steampunk ? En deux mots : «Né dans les 80's,d'abord mouvement littéraire inspiré par un rétro-futurisme victorien plongeant ses racines dans les romans de H G WELLS et JULES VERNE, il se propage à d'autres médias, bd et films, mais devient aussi un art de vivre et inspire de très nombreux créateurs, artistes, bricoleurs, stylistes qui créent des œuvres steampunk en vrai ». Pour en savoir + pourrez aussi consulter mon humble article sur le sujet ici

Le steampunk a également inspiré des musiciens, en l'occurrence ABNEY PARK, dont il est question ici. En bref il s'agit d'un groupe de Seattle fondé en 1990, et qui adopta une identité steampunk entre 2006 et 2008.

La France n'est pas en reste puisque nous avons aussi notre groupe steampunk VICTOR SIERRA qui sera aussi de la fête.

Plutôt qu'un long discours je vous laisse les découvrir ici en images et en musiques.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 23:41

Steampunk-gun-Dreameater-Nerf-Maverick-gauges-pipes.jpg

 

Voilà bien longtemps que je n'ai pas consacré un article au steampunk sur ce blog. Steamkoi ? Steampunk.... Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, je ne peux que vous orienter sur mon article « qu'est-ce que le steampunk ? » ou sur ma chronique de l'ouvrage qui lui est consacré par Etienne Barillier. Normalement j'aurai du aussi consacrer un chronique à la «Steampunk Bible » de Jeff Van de Meer et Selena J Chambers, mais c'est encore dans les tuyaux de mon micrO et de mon cervO.


steampunk-XBOX-360.jpg

 

Pour faire (très) court, le steampunk est d'abord un genre littéraire qui s'inspire des univers verniens et wellsiens, revu à a la sauce du 20° et 21° siècle? De la science fiction ou/et du fantastique nappé dans les brouillard de la révolution industrielle et de l'avènement de l'ère de la technologie de la fin 19°. Mais le steampunk à largement débordé de son simple cadre littéraire pour migrer avec plus ou moins de succès vers le cinéma, la bd ou le jeu vidéo, et chose plus improbable vers la Vrai Vie. J'entends par Vrai Vie, la création d'artefacts et vêtements steampunkestes, que je classerai dans deux catégories qui s'interpénètrent : les œuvres d'arts et les vrais objets fonctionnels. Et cela ne s'arrête pas la le mode de vie de certains tourne désormais autour du steampunk, un cran plus loin que le cosplay. Vêtements, bijoux et autres accessoires steampunk sont désormais accessibles et peuvent être achetés sur différents sites, quoi que le vrai steampunker, ou vaporiste en français préfèrera se les fabriquer lui même si il en a la possibilité. Aux états-unis le mouvement steampunk a une certaine ampleur et donne lieu à des conventions, ou fait l'objet de récupération commerciale par des artistes qui l'utilisent dans leurs clip alors qu'ils n'ont rien à voir avec ce style, j'ai nommé… Justin Bieber (oups!). Il existe cependant de vrais groupe de musique qui sont eux totalement imprégnés de cette philosophie vaporiste et qui font une musique officiellement estampillée steampunk, par exemple les Abney park aux USA et Victor Sierra en France.


steampunk-bike.jpeg

 

Pour présenter ce mode de vie et ses création steampunk je vous propose de découvrir la Steam Rocket, à travers deux clips. 

 La Steam Rocket est une association qui a pour but de promouvoir le Steampunk via des évènements variés, et la mise en valeur du travail des artistes et des créateurs du milieu, en partenariat direct avec Steampunk.fr


steam-rocket-1.jpg

 

Pour commencer une petite présentation de personnages vaporistes (puisqu'ils sont français) en chair, en os, et en métal lors du festival Jules Verne au grand Rex qui fêtait ses 20ans. La musique qui accompagne le clip est de Death in Vegas, pas un groupe steampunk, mais d'un style que j'affectionne et que j'ai glissé du coup dans ma discothèque.


steampunk celebration grand rex

 

Le deuxième clip nous balade rue de la rocket à travers des stands ou sont exposés différents artefacts, bijoux, armes et vêtements vaportistes. Cette expo était réalisée dans le cadre du marché de l'Histoire et du Festival Fous d'Histoire 2012 à Pontoise. La musique qui accompagne ce clip est celle du groupe cité plus haut Abney park qui pour le coup est totalement steampunk.


abney park

 

Et comme vous êtes sage et qu'il vaut le coup d'œil je vous propose le clip Steampunk revolution des Abney park pour vous prendre du steampunk plein la vue.


 

 

 

 

 

Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 23:02

diesel city stefan paris cover 

 

Il y a quelques temps j'avais écrit un article « Qu'est-ce que le dieselpunk ? », et bien la réponse est dans DIESEL CITY ! Ce beau livre de Stefan, un artiste digital français que je vous ai déjà présenté et que j'ai eu le privilège d'interviewer, est en effet à mon sens la parfaite illustration de cet univers imaginaire, futur fantasmé d'un certain passé. Non content de proposer de très belles illustrations, Stefan nous offre un conte introspectif de DIESEL CITY et nous fait découvrir la ville, jouant avec les mots comme il le fait avec les images. Ses mots et ses images créent une ville et un monde, né des fantasmes, rêves et cauchemars des années 20 à 50.

Et comme si cela ne suffisait pas, ce monde bénéficie d'une chanson originale crée spécialement pour lui, Boulevard of asphalt dreams, composé et chantée par Philip Marlow qui à trouvé l'exacte ambiance sonore qui s'accorde parfaitement avec son ambiance Noir, rétro et moderne à la fois. Les paroles sont du poëte irlandais William Butler Yeats.

Poucher le buton pour vous balader en musique dans les dédales de cette ville.

 

 

 

 

Cotton Club by stefanparis

 

Pourrait-on voir dans les mouvements Steampunk et Dieselpunk un nouveau mouvement néo-romantique qui, face aux nanotechnologies, réseaux sans-fils, écrans tactiles, et au tout plastique, rend poétique et beaux les engins gigantesques, le métal dur et froid, les titanesques rouages de l'industrie et les mégalopoles tentaculaires. Les détectives des romans et films noirs sont-ils les chevaliers du Dieselpunk ? les combats des démocraties contre des dictatures primaires ne seraient-il pas ceux des dieux contre les titans ou géants ?

 

New Deal by stefanparis

Conjuguons tout cela au futur antérieur. Les mythiques pégases sont devenus des engins volants, trains à hélice et autres étrangetés. Toutes ces créatures mythologiques, chimères improbables, mélanges de plusieurs animaux.... ne se retrouvent ils pas dans ces engins hybrides mi-terrestres mi-aériens ? Les titanesques dragons ne sont-ils pas devenus des dirigeables gigantesques qui obscurcissent des cieux déjà bien enfumés. DIESEL CITY est elle l'Asgard ou l'Avalon de cette nouvelle mythologie rétro-futuriste ? A chacun de voir selon son inspiration.

 

Zeppelins by stefanparis

 

En parlant d'inspiration, Stefan à saisi la substantielle essence d'une époque, l'a retranscrit, l'a sublimé telle qu'elle aurait pu être si, la crise, la guerre, la conscience écologique, la réalité tout simplement n'avaient limité son essor. On peut aussi partir du postulat que le monde Dieselpunk est dans une ligne historico-chronologique le futur du Steampunk. Quelle est donc cette essence, ou plus à propos ce diesel, que l'on retrouve dans cet ouvrage et qui compose ce parfum qui sent bon le pétrole ?

 

Art Deco 2 by stefanparis

 

Comme j'aime bien les listes et énumérations en voici un aperçu que j'ai essayé d'illustrer avec quelques échantillons d'image tirés de l'ouvrage.

  • L'ambiance films ou romans noir, détectives, femmes fatales, gangsters, jazz, bas-fonds et prohibition,

  • l'art déco sous ses multiples formes : architecturales et design,

  • les affiches publicitaires de l'époque, d'inspiration française ou américaine,

  • la démesure et la menace d'un futur déshumanisé par les dictatures qu'elles soient fascistes, franquistes, nazies ou staliniennes et qui ont lourdement marqué l'époque

  • les pulps américains ou les romans-feuilletons français et ses (presque super) héros.

  • les dirigeables, symboles grandeur nature aussi bien du Steampunk que du Dieselpunk.

  • Metropolis de Fritz Lang, Gotham city, mais aussi New-york ou Chicago

  • celle que l'on accuse de tous les maux aujourd'hui mais qui à l'époque était le symbole de liberté de mouvement et de conquête du monde, l'automobile qui s'affranchit même parfois de la pesanteur pour conquérir les cieux

  • plus largement, tout ce qui construit par l'homme vole, roule, flotte et se déplace bruyament

  • Machines, engins, usines, rouages, haut fourneaux, l'industrie symbole d'un « certain » progrès

    ...Et bien sur toute l'iconographie futuriste de cette époque,

Je suis sûr qu'il y en à d'autres, mais la place dans ce petit espace virtuel est limitée.

 

At Your Usual Dealer by stefanparis

 

Une petite citation tirée de l'ouvrage, elle même proverbe des indiens d'Amérique, « Lorsque le dernier arbre aura été abattu, lorsque la dernière rivière aura été empoisonnée, lorsque le dernier poisson aura été pêché, alors seulement vous découvrirez que l'argent ne se mange pas ». Loin d'être l'apologie d'une société technologique et industrielle débridée, DIESEL CITY est pour moi une excellente mise en évidence que nature et humanité (au sens noble) doivent être préservées !

Diesel NOIR

 

Un dernier mot, à l'heure où l'on nous parle à tort ou à raison du « consommer français », il faut souligner que c'est de France que vient cet ouvrage qui aborde un thème et un univers underground qui a davantage ses marques aux Etats-unis. C'est un peu comme si un ouvrage de référence sur la gastronomie française avait été écrit par un américain, non ? En tout, cas l'ouvrage existe aussi en version english et fait l'objet d'une double préface de deux références du genre outre atlantique Tome Wilson et Nick Ottens.

dynamic diesel by stefanparis-d4bcmop


Je vous invite à découvrir le site de DIESEL CITY ou vous pourrez prolonger le voyage imaginaire. L'ouvrage est en vente directement sur ce site, mais aussi chez à la Fnac, chez les Amazon etc...

Bon voyage dans le futur du passé.....

 

Eurocentric Liner by stefanparis

 

Hear me somebody by stefanparis

 

Steampunk by stefanparis

 

The Evil Genious by stefanparis

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 17:02

 

diesel-city-stefan-paris-cover.jpg

 

Je vous ai déjà parlé dans ce blog d'un artiste digital du nom de Stefan qui réalise de superbes créations graphiques inspirées, entre autres, du mouvement Dieselpunk, des films noirs des années 30 et de l'art déco. Apres avoir réalisé la cover et diverses illustrations pour le dernier album de Kid Creole, un recueil de ses illustrations scénarisés, mises en scène et en texte vient d'être publié aux éditions Louisiane. C'est un très bel ouvrage et il me tarde de plonger dans cet univers imaginaire qu'est DIESEL CITY !

 

ARTICLE COMPLET ICI

 

En attendant un prochain article plus complet suite à ma lecture du livre, vous pouvez voir les l'article que j'avais consacré à l'artiste ainsi que son interview et vous rendre sur le site DIESELCITY qui y est consacré et qui est très bien réalisé.

build your own by stefanparis-d33uojm

 

Prséentation de l'éditeur

 DIESEL CITY : La fiction révèle les vérités que la réalité dissimule.
En 200 pages de textes noirs et illustrations-couleur, un portfolio de tirés-à-part et un énigmatique sous-titre, DIESEL CITY, ouvrage emblématique du courant - de la sub-culture - rétrofuturiste Dieselpunk, entraine presque malgré lui son lecteur sur des chemins qu'il n'avait pas imaginé emprunter. Nouvelle graphique ou bien plutôt "graphisme scénarisé - il faudrait inventer de nouveaux mots - où phrases et images se mêlent, littéralement, pour une lecture-vision à plusieurs niveaux, l'univers sombre de DIESEL CITY use sans mesure de l'uchronie, cette ré-invention du passé, comme d'hypnotiques réalités alternatives. Le travail graphique de l'auteur mais aussi son écriture ont récemment su retenir l'attention des professionnels du cinéma comme celle de critiques d'art.
Le futur, même antérieur, n'est décidément plus ce qu'il était. Il se conjugue désormais au passé re-composé.

Repost 0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 22:05

croquis-manege.jpg

  tumblr_lm4aek2oSr1qhdnkj.jpg

Le manège du Carré Sénart est de retour à Sénart après une petite virée dans plusieurs villes d'Europe. Il restera sur son lieu d'origine jusqu'au 31 décembre. Pourquoi je parle d'un manège dans ce blog ? parce que je suis sénartais, parce que j'aime le steampunk, et parce que ce manège n'est pas comme les autres. Steampunk ? vous avez dit steampunk ? tiens comme c'est bizarre. Et en effet ce manège est bizarre, loin des manèges classiques aux chevaux de bois ou de ceux avec des aéronefs miniatures, il est composé de créatures animalières mécaniques sorties tout droit d'un esprit à l'imagination fertile.

manege carré sénart

Je m'autorise à dire qu'il a quelque chose de steampunk, et dans sa conception, et dans son imagerie. Les steampunkers ou vaporistes (en français) sont de plusieurs natures : les contemplatifs, comme moi, et les actifs :  les bricoleurs, artistes, cosplayeurs etc.... Les bricoleurs ou artistes détournent ou  inventent des objets pour leur donner un air rétro-futuriste et mécanique inspiré de l'univers de Jules Verne ou H G Wells (pour faire très court). Un exemple grandeur nature de ces activistes est le collectif La machine, qui ont entre autre réalisé les spectaculaires animaux géants et articulés de L'ile de Nantes, ville de naissance de jules Verne, justement. On peut notamment y trouver un éléphant mécanique géant qui se déplace, inspiré par celui de "La maison à vapeur" du dit auteur, et dont la notoriété à traversé les océans puisqu'il figure en bonne place dans la bible steampunk de Jeff VandeMeer et Selena J. Chambers . elephant_dehors1.jpg

 

Mais tout ça c'est à Nantes et moi je suis à Sénart, ici nous avons le manège et ce n'est déjà pas si mal. Voici un extrait descriptif issu du site du manège «cette machine extraordinaire aux dimensions hors normes (18 mètres de large, 300 mètres carrés de superficie, un point culminant à 14 mètres de hauteur et un poids de 40 tonnes !) prend toute sa dimension en mouvement. À bord de ce manège – carré, et non rond ! - les passagers (49 au maximum) peuvent choisir de chevaucher un animal parmi les trois buffles géants, les quatre insectes grimpeurs, les dix insectes sur rail, les trois têtes de poissons et quelques autres facéties poétiques et rêveuses… En outre, ils peuvent jouer, le temps d’un tour, aux marionnettistes en se retrouvant aux commandes de ces bêtes fantastiques et en actionnant des manettes. »

 

carresenart-4677.jpg

Bestiaire-et-char-manege-carre-de-Senart.jpg

Le-Manege-Carre-Senart-concu-par-Francois-Delaroziere-besti.jpg

manege_carre_senart.jpg

manege-carre-senart.JPG

manege-carre-senart-2.JPG

manege-carre-senart3.JPGmanege-carre-senart4.JPG

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 19:58

 

Dieselpunkly-Yours.jpg

 

Bonjour Stefan, j’ai découvert tes créations en surfant sur le net autour du thème dieselpunk  et en m’inscrivant sur un forum US dédié à ce genre sur lequel j’ai utilisé une de tes créations comme avatar. Ton espace sur deviant art nous montre un peu de ton univers créatif qui mêle ambiances des films noir des années 30-40, art déco, science fiction rétro, publicité vintage etc… et un genre de SF particulier qui est le dieselpunk. J'ai beaucoup aimé ton style et tes créations que j'ai présenté dans un précédent article. Par ailleurs tu as été choisi par Auguste Darnell (Kid Créole and the coconuts) pour illustrer graphiquement son nouvel album. Tu as déjà été interviewé par Larry un des membres du site Dieselpunk.org, mais en anglais, je me suis dit que ce serait bien d’avoir nous aussi (les frenchies), droit à une petite interview.

Avant de rentrer dans le vif du sujet pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Les Dieselpunks de ton blog, s'il y en a, me connaissent sans doute. Pour les autres, je m'appelle Stéfan et mon vrai nom est... Stéfan. L'orthographe germanique de mon prénom n'est pas dû à quelque snobisme d'artiste, mais à mes origines qui sont slaves pour moitié, tchèques pour être précis. Je suis illustrateur ou, pour le dire plus simplement, je fais des images inspirées le plus souvent, comme tu l'as remarqué, par ce qu'il est convenu d'appeler la "culture populaire" de la première moitié du siècle passé, qu'il s'agisse de films, d'affiches, de "réclames", comme l'on disait alors, ou autres. Mes images sont à leur tour destinées à illustrer des couvertures de livres, des nouvelles, des pochettes de disque, des sites Internet... ou à aucun usage particulier, si ce n'est celui de perpétuer un style graphique, visuel qui m'est cher.

1-Art_Deco_1_by_stefanparis.jpg
Commençons par un peu de technique: infographie, artiste digital, retouche photo, palettes graphiques, créations numériques pour moi et pour bien dautres personnes cela reste assez obscur. Quelles techniques utilises-tu et comment pourrais-tu te définir en tant que créateur ?

Depuis pas mal d'années, et malgré une formation tout ce qu'il y a de plus classique, académique même, j'utilise presque uniquement le média digital. Même s'il n'apporte pas les irremplaçables sensations "physiques", tactiles que procure l'usage du papier, de la couleur, des crayons... ses possibilités infinies sont telles que, en tant que créateur, on ne peut qu'être séduit, me semble t'il. Cela dit, je ne suis pas un computer freak et je ne fais pas usage d'une technologie époustouflante. Tu serais probablement déçu de voir à quel point les logiciels, les applications graphiques que j'utilise sont rudimentaires. Il me semble toujours que, plus sophistiquée, plus performante est la technologie mise à disposition, plus on se repose sur elle, comptant sur ses effets, ses prouesses, au détriment de l'imagination. Lorsque j'étais enfant, je passais des journées entières à réaliser des collages avec des ciseaux et de la colle, sur lesquels je dessinais et peignais, tentant de donner forme, vie à ce que j'imaginais. Rien n'a changé depuis, si ce n'est le média utilisé.

2-deco_dream_by_stefanparis.jpg

Parlons maintenant créativité, tu es très inspiré par lesthétisme de lentre-deux guerre, les films noirs, mais aussi lArt Déco,  des pubs rétro bien de chez nous. Depuis quand et pourquoi cette période te passionne t-elle ?

J'ai toujours été, je crois, attiré par cette période de l'entre-deux guerres. Il est incontestable que, historiquement, sociologiquement, c'est une période fascinante, pour le meilleur et pour le pire. Graphiquement ou, plus généralement, en termes de "culture populaire", faute d'un meilleur mot, il est indéniable que c'est une période si riche, si novatrice, si créative qu'elle porte en elle la matière de plusieurs siècles. On ne peut qu'être étonné qu'elle n'ait en réalité duré que 20 ans, 30 tout au plus si, selon les critères de certains puristes du mouvement Dieselpunk, on veut l'étendre jusqu'au tout début des années 50. Nous ne cessons, aujourd'hui encore, de nous y référer constamment dans tous les domaines de la création. Elle est la matrice de notre monde moderne contemporain.

3-Cotton_Club_by_stefanparis.jpg

En plus de l'inspiration du monde réel lié à cette période, tu as aussi de trèsimportantes influences de rétro-science-fiction que l'on appelle communément dieselpunk ( que je présente dans cet article). Je dirais même que tu es un spécialiste en la matière, étais-tu conscient dés le début quil sagissait dun genre à part entière ?

Tout cela est lié, bien évidemment. Le courant Dieselpunk qui se propose de réinterpréter, de transposer dans notre monde d'aujourd'hui (ou de demain) ce que furent les innovations, les modes, les rêves aussi de l'époque, puise naturellement son inspiration dans ces mêmes décades. Ton usage de l'expression "rétro science-fiction" est tout à fait justifié : le Dieselpunk est souvent assimilé, à raison je crois, au "rétro-futurisme", cette représentation d'un futur qui jamais ne fut. Mes propres univers imaginaires, qui semblent toujours provenir d'un monde où le calendrier se serait arrêté à une version un peu surréaliste, un peu "dopée" des années 40, font appel aux mêmes mécanismes, utilisent les mêmes ressorts, je crois. Aussi, tel le Monsieur Jourdain de Molière qui faisait de la prose sans le savoir, je me suis aperçu un jour que je "faisais du Dieselpunk" sans le savoir. C'est toujours plaisant de savoir que l'on n'est pas seul et puis, si en plus, d'autres apprécient ce qu'on fait... C'était déjà le Steampunk qui occupait le devant de la scène, alors, le courant Dieselpunk n'en était encore qu'à ses balbutiements et avait sans doute besoin de figures "emblématiques", voilà tout. C'est toujours une question de circonstances.

4dieselpunk_universal_by_stefanparis-.jpg

Quelles sont très concrètement tes inspirations cinématographiques, musicales, littéraires ou artistiques?

Ce ne sera sans doute pas une surprise pour toi d'apprendre que mes regards se tournent inévitablement vers ces mêmes décades lorsque je suis à la recherche d'inspiration. En matière de films, par exemple, ce sont les films noirs des années 30 ou 40, tous ou presque y compris un grand nombre de séries B oubliées, qui sont mes préférés. Qui n'a pas vu Double Indemnity ou The Big Sleep n'a rien vu... ! Mes goûts musicaux, eux, sont beaucoup plus éclectiques et s'étendent bien plus loin, jusqu'à rejoindre les tiens, les fameuses années 80 : ne t'imagine pas que je n'écoute que du Charleston sur mon phonographe. Tennessee Williams et Christopher Isherwood sont mes écrivains favoris et des peintres ou illustrateurs tels que Leyendecker, Hopper ou, plus près de nous Cottingham sont une inépuisable source d'inspiration pour moi. Je réalise que tout cela peut donner à penser que je n'ai d'yeux que pour les États-Unis et la culture américaine. C'est partiellement vrai seulement. S'il est exact que la pop-culture américaine occupe une place importante dans mon panthéon personnel, elle n'est pas la seule. Le talent, le savoir-faire français de ces années-là n'ont pas grand-chose à envier aux américains et le style Art Déco a bel été bien été inventé à Paris, pour se voir exporter ensuite outre-atlantique, en particulier par les Américains alors expatriés et qui aimaient tant la French Touch.

5-WDA_by_stefanparis.jpg

AugustDarnell de Kid Créole and the Coconuts ta choisi pour réaliser les graphismes de son nouvel albumétait ce ta première expérience de ce genre ?

 

Non, j'avais déjà eu la chance de côtoyer un peu le monde de la musique et du spectacle.

 

KC---The-Coconuts---Making-Off.jpg

 

Commentcela sest-il déroulé ?

 

Ce fut, en tout point, une collaboration excitante et enrichissante. August Darnell, Kid Créole à la scène, est un passionné de films noirs des années 40 depuis toujours et les gens de Strut Records à Londres, la compagnie de production, lui a suggéré de jeter un coup d'œil à ce que je fais, largement inspiré par cette esthétique on l'aura compris à présent. http://stefanparis.deviantart.com/

J'ai eu le grand privilège que le Kid, comme chacun dit autour de lui, mais aussi d'autres... la direction artistique, son manager... aiment et pensent que cela pouvait correspondre à la couleur qu'il voulait donner à son nouvel album et les nombreux visuels qui devaient l'accompagner. Le Kid souhaitait s'inspirer d'un film de 1941 "I Wake Up Screaming" avec Victor Mature et Betty Grable, et même donner un titre identique à son propre album. Sans que le résultat final déroule nécessairement une intrigue, il voulait que les couvertures ainsi que le livret intérieur entier se réfèrent à cet univers urbain noir des films de l'époque, femme fatale, atmosphère mystérieuse et chapeau sur les yeux compris. Nous avons donc longuement discuté des différents visuels qui pouvaient recréer cette ambiance, sans craindre d'utiliser les incontournables clichés du genre. Lorsque tout le monde fut d'accord, j'ai d'abord réalisé quelques esquisses pour les arrière-plans, afin de situer les scènes. Ces graphiques préparatoires ont donné lieu à d'autres discussions puis, après une sélection, un certain nombre d'entre eux fut retenu, auxquels j'ai alors ajouté des personnages en 3D afin de figurer les poses et attitudes que j'avais imaginé pour le Kid et les Coconuts dans ces scènes. Il n'y avait alors "plus qu'à" réaliser le tout en vrai. Une séance-photos dans les règles, c'est à dire avec une armée d'habilleurs, coiffeurs, maquilleurs mais surtout un photographe talentueux fut organisée à Londres, durant laquelle le groupe, ensemble ou séparément selon  les scènes, en s'aidant de mes croquis, a posé devant... rien ! J'ai ensuite incorporé le Kid et les filles aux scènes préalablement créées, de la même manière que les acteurs jouent devant un fond bleu dans certaines scènes ou même des films entiers, comme l'excellent Sky Captain and the World of Tomorrow, par exemple, film emblématique du courant Dieselpunk. Et voilà... comme on dit même aux États-Unis ! Le groupe, occupé actuellement à la préparation du "I Wake Up Screaming Tour" n'a pas encore réalisé réalisé de vrai vidéo-clip à partir de l'album, si ce n'est ce making-offde la séance-photos en question, où l'on voit ces images préparatoires avec leurs silhouettes en 3D sur les murs, sur lesquels le photographe gribouille sans vergogne ! 
Je ne dirai jamais assez quel plaisir ce fut de collaborer à ce projet. Le Kid, qui avait des idées assez précises au sujet de ce qu'il voulait, est néanmoins resté extrêmement ouvert à toutes mes idées et suggestions et certaines images qui n'étaient pas prévues initialement ont été ajoutées à l'album parce que je les avais soumises au Kid et qu'il les aimait.

 

6 the third half by stefanparis-d49zs6y

 

Est-ce que tu connaissait déjà Kid Creole and the Coconuts avant quil ne te contacte ?

Je connaissais - et adorais - le groupe et sa musique depuis ses débuts dans les années 70, lorsqu'il s'appelait encore Doctor Buzzard and the Original Savannah Bandet remplissait les dance-floors avec des tubes tels que Cherchez la Femmeou The Gigolo and I. J'en connaissais les paroles par cœur et les zoot-suitsdu Kid m'émerveillaient, alors ! Je l'ai vu plus tard sur scène lorsque le groupe, devenu Kid Creole and the Coconuts, occupait les premières places des charts avec Stool Pigeon ou Annie, I'm not your Daddy, mais je n'avais jamais eu l'occasion de leur dire que je suis un fan. C'est à présent chose faite et ce fut un vrai bonheur, en même temps qu'un grand privilège. Le Kid est vraiment a great guy, comme disent les anglo-saxons et les filles, non contentes d'être aussi jolies et sexy, sont adorables. Eva Tudor Jones, lead-singeret compagne du Kid à la ville - elle donne son nom à l'une des ballades du nouvel album - est vraiment devenue une amie depuis que j'ai réalisé tout exprès pour elle un poster à son image, avec le Kid en ombre chinoise en arrière-plan, façon film noir encore et toujours, et qui sera, une fois tiré en grand format et encadré, le cadeau de Noël du Kid.   Pas un mot, bien sûr !

 

8-noir_by_stefanparis-d4bmhzk.jpg


Tu prépares la sortie d'un livre illustré Diesel City, est ce que tu peux nous en dire quelques mots?

Le livre est intitulé Diesel City, la fiction révèle les vérités que la réalité dissimule. Il s'agira d'un livre d'illustrations, les miennes, liées par de courts textes mais aussi des documents d'époque, toujours la même, celle des années 30 ou 40, le tout constituant une plongée hypnotique dans cet univers noir et oppressant, peut-être pas aussi alternatif ou imaginaire qu'il y parait au premier abord, qu'est Diesel City. A travers des thèmes tels que les machines, la guerre, les véhicules, les héros & bad boys, le cinéma... le lecteur - le spectateur, puisqu'il s'agit surtout d'images - découvre un monde sombre, parfois inquiétant, où rien n'est vraiment ce qu'il semble être et où il faut souvent s'interroger sur "les choses derrière les choses". Ce monde est-il réel ou seulement une illusion ? Est-ce un film, un rêve, un cauchemar... pire ? Peut-être la fin du livre le dit-elle. Peut-être. Édité en deux versions, une française et une autre américaine, bien sûr, Diesel City réunit pour la première fois des illustrations couvrant plusieurs années de travail. La maquette est très belle, très élaborée et, si tout va bien, le livre verra le jour à la fin de l'année. Il contiendra aussi des tirés-à-part à encadrer, pour ceux qui ont des murs avec rien dessus ! Le projet réunit, là aussi, des gens talentueux et inspirés, à commencer par un éditeur audacieux et inventif, qui m'a laissé une totale liberté de création tout en me déchargeant des contraintes matérielles. Un autre de ses aspects qui me tient à cœur est que le livre donnera au public français quelques clés pour se familiariser avec le Dieselpunk.

 

dernière minute  : le livre est publié et présenté ici

 

Cover

 

Parlons maintenant de ce qui intéresse en premier les banquiers et le fisc : est-ce que tes créations te rapportent quelques pécules à inscrire sur ta déclaration ou est-ce que cela reste principalement une passion ?

 

Il faudrait alors que tu poses la question à mon banquier ou à mon percepteur ! Plus sérieusement, le graphisme constituerait sans doute pour moi une activité lucrative si j'acceptais toutes les propositions d'illustrations pour des nouvelles, de couvertures de livres et autres flyers que je reçois, ce qui n'est pas le cas. Une certaine... désinvolture naturelle - j'ai entendu quelqu'un prononcer le mot paresse ? - me porte à m'intéresser plutôt aux projets qui me séduisent qu'à ceux qui sont lucratifs. Ce peut être tout simplement parce que ce sont les miens propres, comme Diesel City : lorsque tu as la chance qu'un projet auquel tu penses et travailles depuis plusieurs années, trouve son accomplissement sous la forme d'un beau livre, tu t'y impliques sans nécessairement te demander combien d'exemplaires tu vas en vendre. Mais ce peut être pour de toutes autres raisons, comme la campagne de prévention du Sida pour laquelle j'ai eu le privilège d'être choisi, il y a quelques années. Deux courtes bandes dessinées et des tonnes de cartes postales avaient alors été éditées, pour lesquelles j'avais créé un personnage, Latexman, pastiche de super-héros à la musculature saillante sous son collant, qui vole et qui est coiffé... d'un préservatif. Ce fut à la fois drôle, intéressant et, peut-être, utile. D'accord, je refuse quelquefois des projets pour m'intéresser plutôt à... rien du tout. Mais je m'améliore : jusqu'à l'an dernier, je n'acceptais jamais rien durant les quatre mois de la saison d'été, ce qui ne fut pas le cas cette année, pour cause de voyage à Diesel City !

 

Latexman.jpg


Pour finir quelle est la question que tu aurais aimé que je te pose et à laquelle je n'ai pas pensé?

Il y a, en effet, un sujet qui vaut sans doute la peine d'être évoqué. Il s'agit cependant d'une question assez sérieuse, pesante même, dont j'ignore si elle a sa place ici, mais puisque tu me fais l'amabilité de me laisser le champ libre... Depuis quelques temps, et ce de manière croissante, je découvre que mes images sont récupérées par des sites néo-nazis ou, en tout cas, véhiculant un message, une idéologie autoritaire, pour dire le moins. Certes, nombre de mes illustrations font appel à une imagerie nostalgique de l'immédiat avant-guerre, lorsque la montée du nazisme et du fascisme laissait présager le conflit imminent. Certes, le symbole du pitbull, omniprésent au fronton des édifices et sur les drapeaux à Diesel City est utilisé comme substitut de la swatiska tout au long du livre, pourquoi le nier ? Certes, la démesure et l'aspect spectaculaire de l'architecture et de l'art totalitaire sont souvent l'inspiration des environnements dans mes univers. Il ne s'agit à travers tout cela que de générer, en un procédé narratif, un climat de tension extrême et d'anxiété destiné à servir la mise en scène de certains visuels, le déroulement de certains scénarii. Cela n'implique en rien que j'adhère en quelque manière à l'idéologie que cet esthétisme véhicule, encore moins que je prône le retour de ces régimes aujourd'hui obsolètes à peu près partout, au moins sous nos latitudes.
Mais, au-delà d'une justification de mon propos esthétique, je souhaite simplement dire que cela me rend triste et inquiet de constater que le nombre de ces sites, très souvent curieusement originaires des pays de l'Europe de l'Est mais pas uniquement, presque toujours gérés par des gens jeunes et dangereusement motivés, est en constante augmentation, utilisant pour cela le fait que l'Internet, majoritairement américain, abrite à peu près tout et n'importe quoi sous l'aile protectrice du
free speech, jusques et y compris en des endroits où les lois américaines ne s'appliquent pas. Je suis certain, cependant, que le plus grand nombre de ceux qui me font le privilège de s'intéresser à ce que je fais savent que le mot Dieselpunk n'est pasun synonyme pour néo-nazi, ni pour néo-fasciste, qu'ils savent que la politique et encore moins l'idéologie n'ont rien à voir avec tout çà et, de cela, je leur suis infiniment reconnaissant.

 

Ce problème à tout à fait sa place ici et je l'avais d'ailleurs évoqué, dans mon article sur les bienveillantes, tu fais donc bien d'apporter ces précisions.

 

Merci infiniment, Stefan, de t'être prêté au jeuet pour ceux qui veulent en voir plus il y à ron espace sur deviant-art

 

11-obedience_by_stefanparis-d45jcdm.jpg

10 Global Power by stefanparis

7 diesel city noir by stefanparis-d39jalu

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 00:07

 

Pour vous accompagner dans la lecture de cet article pressez, svp,le bouton du player deezer ...

 

 

 

Pour ceux qui débarquent, je suis grand amateur de deux genres culturels, pour l'instant un peu underground, portant les drôle de noms de Steampunk et Dieselpunk. J'ai écris des petits articles pour modestement présenter ces genres à ceux que cela peut intéresser. Pour illustrer ces articles j'ai écumé le net afin de trouver des images emblématiques, pour le dieselpunk j'ai notamment trouvé celle-ci :

DieselForces

Lorsque je me suis inscrit sur un site de dieselpunk américain (comment ça j'ai rien d'autre à foutre !?), j'ai utilisé cette même image comme avatar, et un des gars du site me dit « hey ! do you know.... » bon je continue en french pour pas me la péter « hey ! sais tu que le gars qui à réalisé cette image est inscrit sur le site et que c'est ….un frenchie ! et qu'il l'à réalisée spécialement  pour illustrer l'article de wikipedia sur le dieselpunk". Je lève et je chante la marseillaise, après j'entre en contact avec le gars qui au demeurant est très sympathique et je découvre ses autres œuvres sur Deviant-art. En passant, Deviant-art est un site qui permet de stocker et diffuser des œuvres graphiques originales dans des genres différents, réalisées par des amateurs parfois très talentueux. En l'occurrence le frenchie, c'est Stefanparis, dans différents genres il créé des petits univers inspirés des films noirs, de l'art déco, des publicités rétros US ou françaises d'avant guerre, de l'imagerie allégorique soviétique ou fasciste, mais aussi de l'imaginaire steampunk ou dieselpunk. Je ne suis pas un spécialiste de la technique mais il doit s'agir d'infographie et de montages photos, j'espère prochainement pouvoir lui proposer une petite interview pour en savoir plus sur ses créations.

 

Dernièer minute Stefan à publié un excellent ouvrage qui compile un bonne partie de ses ouvres DIESEL CITY, voir mon article de présentation ici.

 

album cover by stefanparis-d3hiuz7

 

Autre surprise je découvre ce qui ressemble à un groupe des années 80 que j'aimai bien : Kid Creole and the coconuts. Stefanparis a en effet été contacté par August Darnell (vrai nom du kid) pour réaliser la partie graphique de son nouvel album «I wake up screaming». Kid  seront d'ailleurs au Bataclan le 26 janvier 2012.L 'ambiance visuelle est celle des films noirs US des années 40 avec détectives et femmes fatales. Normalement vous devriez si vous êtes obéissant en train d'écouter un extrait de l'album en ce moment. Bien entendu l'un de mes prochains articles sera consacré à ce nouvel album plus en détail (Marsupifab, interdit de me piquer l'exclu !). Stefanparis m'a aussi annoncé (scoop) la sortie d'un livre illustré du nom de Dieselcity qui d'après ses dire baignerai dans une ambiance très sombre et dramatique, donc à suivre. Bon laissons maintenant place au plaisir des yeux à travers une petite sélection non exhaustive, le style peu être très coloré ou au contraire très sombre, réaliste, symbolique ou imaginaire le reste est sur deviantart et c'est gratuit.

arsene lupin by stefanparis-d3cotzt

build your own by stefanparis-d33uojm

Diesel City3 by stefanparis

disintegrator by stefanparis-d397wng

eternal rest by stefanparis-d3a8myv

Express by stefanparis

kid creole and the coconuts 3 by stefanparis-d3haaa4

megatown by stefanparis-d3a3bvq

para bellum by stefanparis-d3156j2

Steam War by stefanparis

Terminal 11 by stefanparis

There Are Other Worlds by stefanparis

the sparrow by stefanparis-d38mq07

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 00:24

conf.jpg

 

 Vendredi 16 septembre 2011à la librairie Antremonde avait lieu une soirée dédicace et une mini conférence sur un sujet qui me passionne le steampunk. Était présent Etienne Barillier auteur de "steampunk l'esthétique retrofutur" que j'ai chroniqué il y à quelques temps et qui présente le genre depuis ses origines littéraires jusqu'à son incursion dans le réel à travers les création d'artistes et de bricoleurs.  Était également présente Selena J Chambers co-auteur de la "steampunk bible" dont j'ai fait l'acquisition et que je chroniquerai 1 sé ça ment soupe. Selena est américaine et était à Paris pour présenter son ouvrage. Celui ci d'après ce que j'en est compris est plus accés sur la vision américaine et sur les aspects créatifs du genre : artistes créateurs, bricoleurs, mode etc... Le livre est très joliment réalisé avec de très nombreuses illustrations et photos en couleurs. Sa couverture  est un hommage à celles des éditions Hetzel qui publièrent les nombreux romans de Jules Verne (vous jugerez par vous même). Verne étant un des inspirateurs de l'iconographie steampunk le choix est fort judicieux. Selena est également une grande spécialiste d'Edgar Alan poe et à théorisé une relation entre les oeuvres de cet écrivain et le steampunk. Il faut savoir que Verne qui a inspiré le steampunk, à lui même été inspiré par Poe au moins dans un de ses romans, le sphinx de glaces, qui prolonge une des oeuvres de Poe les aventures d'Arthur Gordon Pym. Je n'ai malheureusement  pu assister qu'à la conférence de Selena et manqué celle d'Etienne à cause de mon statut de banlieusard-campagnard et des contraintes d'horaires des chemins de fer.

Cette soirée fut aussi l'occasion de voir en chair et en os quelques membres du forum frenchsteampunk sur lequel je suis inscrit. C'est d'ailleurs le site frenchsteampunk qui co-organisait cet évènement, site dont fait partie Etienne Barillier. Certains membres du site et du forum  étaient présents parfois dans leurs  tenues Cosplay.

Un petit mot pour la librairie coorganisatrice  Antremonde (142 rue chemin vert 75011 paris) qui se spécialise dans le domaine de la fantasy, Bit-lit, fantastique, esotérisme, érotisme, gothique, science fiction et posséde un rayon steampunk. J'ai d'ailleurs profité de ma visite pour y acquérir deux autres ouvrages publiés aux éditions moutons electriques comme le steampunk d'Etienne Barillier, consacrés à deux autre zones de l'imaginaire qui me passionnent : les super-héros et Lovecraft. "les nombreuses vies de Cthulhu" de Patrick Marcel et "Mythe & super-héros" de Alex Nikolavitch, que je chroniquerai 1 sé ça ment soupe.

steampunk-bible-cover-new.jpg

jules vernes hetzel

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 22:04

  barillier

 

Steampunk ! qu'est ce que c'est ? J'ai humblement essayé d'apporter un petite réponse à cette grande question avec mon article du même nom., mais Étienne Barillier en a fait tout un livre « steampunk l'esthétique rétro-futur» c'est dire si le sujet est important. . Il dépeint de façon très explicite, avec moult documentations et images ce qui au départ fut un courant littéraire et qui s'est répendu dans d'autres domaines : cinéma, mode, bricolage, arts etc... Je ne pense pas que ceux qui ne connaissent ce genre se le procurent vu son prix relativement élevé, 25€, pour quelque chose qui ne parle pas forcément au grand public, par contre pour les amateurs du genre cet ouvrage est indispensable. Ce livre de 354 pages, très joliment illustré et bien documenté est publié par les moutons électriques. J'en fait ici la chronique en image dans le cadre du defi steampunk de Lord Orkan Von Deck

DEFI

Je vais déflorer sans l'abimer le contenu de ce qui est à ce jour la bible du steampunk en langue française (si quelqu'un à trouvé les manuscrits de la mer mort qu'il me le dise).Cela commence par une dissertation très érudite sur le genre et par laquelle j'ai découvert deux nouveaux termes :

- Métatextuel, en cherchant dans wikipedia je trouve « C’est la relation dite de commentaire qui lie un «texte à un autre texte dont il parle, sans nécessairement le citer (le convoquer), voire à la limite, sans le nommer» whahou !

- Raygun gothic : « terme fourre-tout pour un style visuel du futur tel qu'on le pensait dans les années 40, 50, 60, 70 voire 80 ». (petits exemples en musiques ici) et image tres parlante ci dessous.

raygun-gothic.jpg

Le 1° partie : De la genèse à l'engouement, présente la source inspirationnelle du genre à savoir la littérature fantastique du XIX siècle, Verne et Wells pour les plus connus mais aussi les Edissonades, les pulp et les penny dreadful, ainsi que l'Angleterre victorienne et la révolution industrielle. Puis l'utilisation de cette source dans les films des années 60, les mystères de l'ouest, Michael Moorcock et divers autres auteurs.

de la terre à lune

Enfin nous est présentée la naissance en 1980 du terme steampunk, dont la paternité est reconnue par trois auteurs KW Jetters, Tim Powers et James P Blaylock (3 hommes et un couffin). Le steampunk nous est également présenté comme étant parfois une uchronie ayant pour objet la révolution industrielle.

jeter blaylock powers

Ce genre semble connaître au USA son point culminant dans les années 80 et sert même d'inspiration à des jeux de rôle comme Castel Falkenstein et space 1889. Petit détour par le pays du soleil levant qui apporte une certaine contribution au genre avec Nausicaa et the Giant Robot.

space 1889

La 2° partie L'age de maturité, nous présente une évolution du steampunk, le rétrofuturisme. Étonnement Barillier ne semble pas employer le terme dieselpunk mais plutôt rétro-futurisme. Le steampunk apparaît dans divers médias : cinéma , bd et comics , jeux vidéos etc.

ignition city

Barillier aborde le steampunk francophone et ses spécificités, car après tout Jules Verne c'est bien un frenchie que diable ! Je suis surpris par le nombre de BD francophone qui utilisent ce genre, la preuve ici. Il dit quelque chose de très juste, bien que ce soit des américains qui aient inventé le style steampunk le fonds de commerce est principalement européen, et si les anglais ont l'époque victorienne, nous on a la belle époque nondidjou ! Le romanciers ne sont pas en reste, MathieuGaborit, Michel Pagel etc... mais il est vrai que dd'aprèsce que je crois savoir ce sont les bédéiers qui sont les plus prolifiques. ci dessous planche extraite du reseau Bombyce

reseau bombyce

Retour au japon avec le suchimupanku, steampunk japonais, et entre autre le must, l'animé Steamboy. Enfin les leagues, associations de héros issus de notre héritage littéraire fantastique et aventuresque passé. Le top of the tops, celle d'Alan Moore , league of extraordinary gentlemen, pur bijou de steampunk en mode comics mais aussi la très réussi et française Brigade chimérique, bande dessiné de Colin et le Planetary de Warren ellis que je me dois de découvrir.

league

La 3° partie présente l'invasion du réel par ce genre imaginaire que ce soit au niveau vestimentaire, cosplay, bricolage, création d'œuvres, détournement d'objets, et musique mais surtout et il faut le souligner l'existence d'un esthétisme steampunk bien réel.

abney park

oxford-museum-steampunk-exhibition-8

steampunk-computer

steampunk game boy

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 22:58

  Steampunk X Men colors by ott01

Steampunk Brotherhood colors by ott01

En écrivant l'article sur le nouveau film consacré aux Xmen je me suis demandé « tient à quoi ressembleraient mes super héros favoris en mode steampunk », donc après Star wars, Thor et Iron-man,  voici ce que j'ai trouvé sur le net :

 

- Tout d'abord des extraits d'une mini-série, Ghost boxes, ou les xmen voyagent dans un univers parralele d'inspiration victorienne.

- Des dessins amateurs de Arturo Agurirre qu vous pouvez retrouver en intégralité ici

- des fans en costumes

- et diverses autres créations 

XEMEN STEAMPUNKED

REINE BLANCHE

XMEN GASLIGHT

MagnetoRedesign

WolverineRedesign

NightcrawlerRedesign

XMEN FAN

 

xmen colour

ROGUE XMNE

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de CAGLIOSTRO
  • Le blog de CAGLIOSTRO
  • : Je souhaite partager mes lectures, la musique que j'aime et les films qui m'ont plus.
  • Contact

qui est là ?

bloggeurs de tous pays